Jeudi, à la conférence de presse annonciatrice du festival Visions du réel, son directeur, Jean Perret, annonçait qu'il y aurait cette année, avec un programme de cent documentaires de 28 pays, une vingtaine de films, soit 1000 minutes, de moins que l'an dernier. Par choix! Pour que les festivaliers puissent vraiment voir les films, sans accumuler les frustrations. Pourtant, du 23 au 29 avril, cette semaine nyonnaise permettra de s'en mettre plein les yeux, plein la tête…

… Et plein les oreilles, dès l'ouverture, puisque le film inaugural, le lundi, sera le documentaire, «tonitruant» selon Jean Perret, d'Emir Kusturica sur son orchestre de rock, le No Smocking. Et l'on finira en musique avec le spectacle de jazz du Willelm Breuker Kollektief, mis au point avec Johan van der Keuken, juste avant son décès, en janvier dernier (soirée de clôture du 28 avril).

Entre deux, il y aura encore du piano pour accompagner les vieux films sauvés par Memoriav et d'autres rendez-vous musicaux. Et puis encore le dernier grand film de Jonas Mekas (près de cinq heures sur les petits bonheurs de la vie), celui de Depardon sur les paysans, d'innombrables rencontres avec des films, mais aussi avec leurs réalisateurs… Elisabeth Chardon

Rens. sur www.visionsdureel.ch