La Revue de Belles-Lettres consacre un magnifique dossier dirigé par ­Patrick Suter à une poétesse qui sera une révélation pour beaucoup: ­l’Allemande Annette von Droste-Hülshoff (1797-1848). Révérée dans le monde germanophone, elle est largement méconnue par les francophones. Walter Benjamin la place aux côtés de Goethe, des frères Grimm ou de Friedrich von Schlegel. Ses poèmes sont appris dans les écoles et collèges et «la Droste», comme elle est appelée respectueusement, a illustré timbres et billets de banque.

Ce qui frappe d’emblée dans ses poèmes, ce sont la liberté de ton, l’attention extrême, sensuelle à la matérialité des choses (les roches notamment) et aux détails du quotidien.

A découvrir aussi dans ce numéro, les poèmes de l’Américaine Elizabeth Bishop (1911-1979).