L'Olympia, music-hall mythique de Paris, où ont défilé les Beatles, les Rolling Stones, Jacques Brel ou encore Charles Aznavour, va être racheté par le groupe français de communication Vivendi Universal. Jean-Marie Messier, président de la multinationale, a garanti la pérennité de ce «temple de la musique» situé boulevard des Capucines, qui «restera au service de la chanson française et de tous les artistes».

Le rachat de cette «belle salle à dimension humaine», porte sur «l'exploitation et l'équipement» du lieu, a-t-il insisté, «pas sur les murs». Le montant de la transaction n'a pas été mentionné. «L'Olympia fait partie du patrimoine français, a-t-il déclaré en présence de Patricia Coquatrix, fille de Bruno Coquatrix, qui a repris la salle en 1953. Ce n'est pas un fast-food de la musique. Il appartient au public, à la France, à tous les artistes.» Il a affirmé que s'y produiront tant «Johnny Hallyday, Faudel, Zebda, Vanessa Paradis ou Noir Désir (tous édités par Vivendi Universal, via ses divers labels, ndlr) que «Julien Clerc, Patrick Bruel, Hélène Segara, Alain Souchon», chanteurs publiés par d'autres labels.

LT