Festival

Voilà à quoi ressemblera le nouveau terrain de Paléo

Dès l’an prochain, des scènes disparaîtront et d’autres pousseront sur la plaine de l’Asse. Une réorganisation du terrain due au nouveau dépôt des trains Nyon-Saint-Cergue, que le festival a empoignée comme une opportunité

«Chambardement», «rupture», «tournant»… les mots sont éloquents: le Paléo Festival s’apprête à changer de visage. Alors que le terrain reverdit gentiment, ses nouveaux contours, prévus pour 2020, ont été présentés mercredi. Réorganisation inévitable puisque le nouveau dépôt de trains Nyon-Saint-Cergue-La Cure grignotera très prochainement une partie de la plaine de l’Asse. «Il s’agit du changement le plus marquant depuis notre installation ici, en 1990», précise Daniel Rossellat.

C’est plus précisément un hectare au nord-est, habituellement dévolu à la logistique – à droite de l’entrée –, qui sera cédé au rail. Même si une parcelle supplémentaire avait déjà été louée en prévision, il était clair dès le départ qu’une simple substitution ne suffirait pas. C’est tout l’urbanisme du festival qui devait être repensé. Une contrariété qui s’est vite transformée en opportunité, assure le directeur de Paléo. «Plutôt qu’une perte pour le spectateur, notre objectif était de lui offrir une expérience encore meilleure.»