Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Laurent Voulzy et Alain Souchon.
© DR

Chanson

Voulzy et Souchon font chanter une foule sentimentale

Laurent Voulzy et Alain Souchon forment un ensemble magique. Leur collaboration est fructueuse, au point de faire frissonner le public

Il aura fallu attendre quarante années de complicité musicale dans l’ombre pour que Alain Souchon et Laurent Voulzy se décident enfin à mélanger leurs fluides artistiques en public. Samedi soir, c’est le Paléo qui en profitait. Quelques heures plus tôt, le duo de chanteurs français frisottés version nouvelle génération, les Fréro Delavega, laissait éclater sa niaque et sa jeunesse sur la même scène avec un concert impeccable. Entre-temps, la horde de teenagers en fleurs qui occupait le terrain cédait la place à une foule sentimentale avide de notes nostalgiques.

Deux univers qui se marient

La collaboration fructueuse de Voulzy et Souchon date du temps où Souchon chantait «ça fait bientôt quinze ans que j’ai dix ans», c’est tout dire. Et en concert, la formule magique fonctionne. L’univers fleur bleue de l’un se marie avec les chansons à fleur de peau de l’autre. Les voir s’amuser, chanter ensemble, s’effacer à tour de rôle pour laisser l’autre voler la lumière. Finalement, l’ensemble est d’une logique implacable, et d’une bienveillance touchante.

La bienveillance semble toutefois n’avoir pas atteint la console de l’ingénieur du son, qui s’est appliqué à laisser les voix tendres et les accords délicats des guitares se faire massacrer par le son de la grosse caisse et de la basse. Carrément méchant.

Frisson et perles musicales

Les instants magiques, suspendus, se nichent donc dans les «Allô! Maman, bobo», les «Belle-Île-en-Mer». Et quand Souchon interprète une version épurée de «Et si en plus y a personne» – ce cri d’effroi face aux crimes commis au nom de la religion – le frisson parcourt le public. «Si ces vies qui chavirent, ces yeux mouillés, ce n’était que le plaisir de zigouiller?»

A deux voix ou en solo, en alternance, l’un des «vieux couples» les plus mythiques de la chanson française nous aura rappelé que ces quatre dernières décennies furent marquées au fer rouge par ses perles musicales. Les Fréro Delavega pourront-ils en dire autant? Pour le savoir, rendez-vous au 80ème +1 Paléo festival…


Nos derniers articles sur Paléo:

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps