Quels liens Joan Baez et Walther Isaacson entretiennent-ils avec Steve Jobs? A première vue, pas grand-chose. Pourtant, il fut un temps où la chanteuse américaine et le fondateur d’Apple étaient un couple. Quant à Walther Isaacson, il n’est autre que l’auteur de la biographie de Jobs. Trois personnalités citées dans le livre de Steve Jobs et dont les relations sont révélées par Bookworld. Une toute nouvelle application gratuite et interactive sur iPad développée par l’entreprise lausannoise Bookapp.com et Orange Vallée à Paris.

Bookworld est un monde virtuel dans lequel chaque livre est une ville. Au centre d’une de ces villes, les chapitres de l’ouvrage représentés par des tours bleues de différentes hauteurs selon le nombre de pages. Ce quartier baptisé «downtown» offre une vision structurelle du livre. Tout autour du centre-ville, la banlieue présente les découvertes réalisées par les lecteurs: description des personnages, lieux géographiques décrits dans le livre, citations, références à d’autres ouvrages, résumés et commentaires… Plus les lecteurs documentent le contenu du livre, plus la banlieue se développe jusqu’à devenir potentiellement plus importante que le centre-ville lui-même. Si deux livres comportent une référence géographique semblable ou font intervenir un même personnage, les villes correspondantes deviennent voisines. Ainsi, le monde des livres se structure et se développe pour devenir un univers riche et complexe.

Les informations fournies sur Bookworld sont rédigées par une communauté. L’application s’appuie déjà sur les 180 000 lecteurs du service lecteurs.com. A la manière de Foursquare, ces lecteurs utilisateurs peuvent être élus meilleurs prospecteurs, documentalistes, critiques, biographes ou l’un des autres métiers que l’application propose. Il s’agit d’allier le plaisir de la construction à celui de la structuration. Ensemble, ils contribuent à extraire des livres une multitude de détails, tissent des connexions entre les ouvrages qu’ils aiment et construisent ainsi un véritable monde. L’application iPad Bookworld permet de naviguer dans cet univers 3D en croissance perpétuelle, pour découvrir de nouveaux livres et, par leur intermédiaire, de nouvelles personnes, de nouveaux lieux et de nouvelles choses.

«Bookworld ne comble pas un manque, nuance Lorena Rota. Elle donne un après, un approfondi novateur à la lecture.» A 28 ans, cette étudiante en droit de l’Université de Lausanne teste frénétiquement l’application depuis sa sortie. «A la fin d’un livre, les utilisateurs échangent, sur leurs expériences de lecture avec la communauté, Cette démarche leur permet d’approfondir des connaissances sur une thématique, un personnage ou un auteur. Surtout, elle donne à découvrir des livres de manière plus ciblée que dans des grands espaces comme la FNAC.»

L’application ambitionne de changer l’approche classique des livres. Pour Frédéric Kaplan, maître d’œuvre du projet et également chercheur en intelligence artificielle à l’EPFL, la manière dont les lecteurs découvrent la littérature sur Internet est problématique. «Cette mise en relation de l’ouvrage avec le lecteur se fait de deux manières: soit par des algorithmes basés sur les statistiques d’achats, de type «celui qui a acheté ce livre a aussi acheté celui-là», soit par des algorithmes de recommandations, «ceux qui ont aimé ceci ont également aimé cela». Ces systèmes employés par Amazon ou Apple sont très réducteurs. Ils ont pour conséquence de créer des «hubs littéraires», c’est-à-dire qu’ils ramènent les gens sur les mêmes ouvrages. Un livre, ce n’est pas simplement un produit avec un identifiant, c’est déjà un réseau complexe de références à des objets, des personnages et des lieux. C’est ce réseau intérieur que nous voulons rendre visible.» Tout le défi consiste maintenant à attirer des habitants pour peupler ces livres-villes.

Bookworld est un espace virtuel comme Facebook ou Twitter que les utilisateurs doivent s’approprier. «Nous voulons proposer une nouvelle manière de faire découvrir les livres, explique Frédéric Kaplan. Un livre-ville présente bien plus d’informations que n’en offre sa couverture. Un détail, la référence à une musique ou à un lieu par exemple, peut suffire à donner envie d’en savoir plus en lisant l’ouvrage ou inviter à décrire sur le même modèle son livre fétiche. L’application est construite pour que les lecteurs aient envie d’entreprendre ensemble ce travail titanesque qui consiste à documenter ce que contiennent les livres.» Dix jours après son lancement le 6 mars sur l’App Store, Bookworld comptait déjà 150 livres-villes.

Frédéric Kaplan et ses collègues imaginent déjà des évolutions futures: adapter la représentation des villes selon le contenu de l’ouvrage, par exemple doter une ville sur Jane Eyre du réalisme du XIXe siècle. Et pourquoi pas créer une géographie thématique complexe, avec des régions, des mers, des vallées et des monts. Autant de développements pour faire de Bookworld un guide touristique dans le monde en 3D de la littérature.