Jeune et intrépide, Alina (Alina Ilmur Philomène, de son nom presque complet, s’il vous plaît), rêve d’échappées et de voyages, malgré l’avis contraire de sa mère, mais encouragée par sa grand-tante. Alina veut prendre le large, respirer, être libre: naviguer seule sur l’océan, se risquer dans la nuit, dans l’épaisseur du monde. Elle est d’emblée sympathique au lecteur, qui la suit et s’embarque sans hésiter avec elle.