Espace

Voyager Golden Record, un vinyle dans le cosmos

En 1977, deux sondes spatiales de la NASA décollent avec, à leur bord, un étrange disque doré: le Voyager Golden Record, qui renferme un message audiovisuel à destination de potentielles civilisations extraterrestres. Ou l’histoire de la première playlist spatiale

Il y a cinquante ans, l’homme foulait le sol lunaire pour la première fois. Un exploit spatial, un jalon de notre histoire – avec un grand H –, que le monde se remémore aujourd’hui avec émotion. Ce dont on se souvient moins, c’est que huit ans plus tard, en 1977, l’humanité se lançait un autre défi: envoyer un vinyle dans l’infini cosmique. Tout à fait. Et pas n’importe lequel: un vinyle messager, renfermant de la musique et une sélection d’images, destiné à être découvert par de potentielles civilisations extraterrestres. A la manière d’un CV, ce concentré de culture humaine nous présenterait au reste de l’univers.

Lire aussi: Apollo 11, la grande euphorie métaphysique