William H. Hinton

Fanshen, La révolution communiste dans un village chinois

Pocket, coll. Terre humaine Poche,

770 p.

Quand, en octobre 1947, le comité central du Parti communiste chinois promulgue la loi agraire qui va donner corps à la révolution anti-impérialiste, les mille habitants du village de la Grande-Courbe, à 600 kilomètres au sud-ouest de Pékin, dans la province du Shan-hsi, vivent encore, à peu près, comme vivaient leurs ancêtres depuis plusieurs centaines d'années. Quelques mois plus tard, William Hinton, technicien agricole américain, intègre une équipe de travail envoyée par le gouvernement populaire et le Parti communiste pour observer à la loupe les bouleversements provoqués dans le village par une subite distribution des terres et une nouvelle répartition des rôles de pouvoir. Hinton fait parler des centaines de paysans sur le passé de leur village, quand un système de sanctions et de faveurs, de prêts et d'usure mais aussi le recours permanent à la force brutale assuraient le pouvoir des propriétaires fonciers; il observe en sociologue et raconte en journaliste la brusque abrogation des pouvoirs de l'aristocratie locale et plus encore ce fanshen, véritable renversement des valeurs dans les faits et les esprits, qui ne se fit pas sans excès de violence, sans terreur et sans injustice. Un document exceptionnel, dont la mise en page désastreuse ne doit pas décourager le lecteur.