Mis à jour par Cesaria Evora, qui a commencé par chanter quelques-unes des ses compositions, le chanteur et guitariste cap-verdien Teofilo Chantre publie son troisième album. Teinté du voile mélancolique propre à la «morna» traditionnelle, Rodatempo intègre quelques parements jazz, un accordéon musette et des rythmiques empruntées aux cousins brésiliens. Souvent entendus aux côtés de la «diva aux pieds nus», le virtuose Bau et son «cavaquinho» apportent une coloration voisine du flamenco aux mélodies délicates de cet opus métissé, mais limpide.