Il grimace en la regardant mordre avec voracité dans son sandwich. Sur une forteresse de coussins, elle dégaine l’artillerie lourde pour neutraliser un cafard. Ou vide un pot de Nutella, avachie devant leur vélo d’appartement.

Les dessins de Yehuda Devir font sourire. Dans son blog One of those days («Un de ces jours»), le jeune artiste israélien croque, avec humour et en finesse, le quotidien qu’il partage avec sa femme, entre surprises et petites contrariétés. Des illustrations qui remportent un franc succès sur le Net, sans doute parce qu’elles évoquent des situations que chacun peut vivre avec son ou sa binôme de brosse à dents.

A propos de couple, dans un spectacle à Lausanne: Le couple? Un éternel recommencement

Un spécialiste de la BD

Diplômé de l’Académie d’art et design de Jérusalem en communication visuelle, Yehuda Devir est un spécialiste de la bande dessinée. Il affectionne particulièrement les superhéros et les esquisses souvent en pleine action, façon gros muscles et costumes saillants.

Mais ce sont les aventures de son couple, plus ordinaires mais non moins colorées, qui ont fait découvrir le travail de Yehuda Devir aux internautes du monde entier. A l’origine du buzz, un post de la plateforme de contenus viraux BoredPanda, à la fin mai, où figure l’intégralité de ses illustrations.

La page est consultée plus de 9 millions de fois et depuis, tout s’emballe. Les dessins de l’Israélien sont massivement partagés sur les réseaux sociaux et repris par les très populaires Huffington Post et Topito. En début juin, le compte Instagram de Yehuda Devir atteignait les quelque 350 000 abonnés, et ce dernier se voyait même invité sur différents plateaux télé.

Une caricature féconde

L’idée de cette série lui vient il y a un an, alors que le couple, tout juste marié, recherche un appartement. Il raconte au Temps: «Puisqu’il n’est pas évident d’en trouver un à Tel-Aviv, ma femme a suggéré que nous dessinions une caricature de nous deux, afin que nos amis puissent la partager pour nous aider dans notre recherche. Nous avons reçu de nombreux compliments sur ce dessin et depuis, nous en publions chaque semaine quelques-uns.»

La principale source d’inspiration de l’artiste: les petites manies et les charmants défauts de sa femme Maya, rencontrée à l’armée il y a huit ans de cela et également artiste.

Lire aussi: S’engager en couple, c’est signer un contrat inconscient

Son hypersensibilité, son désordre ou encore sa jalousie occasionnelle donnent régulièrement lieu à de nombreuses et innocentes scènes de ménage, au point que Yehuda Devir doit les garder en tête plusieurs jours, le temps de leur donner vie sur sa tablette graphique. «J’ai toujours au moins cinq ou six idées de côté», précise-t-il.

Des situations cocasses dans lesquelles les internautes se reconnaissent. Et ils adorent. «Nous ne nous attendions pas à des réponses aussi enthousiastes. Nous avons découvert que nous n’étions pas les seuls à expérimenter ces petits moments du quotidien. Les gens nous disent souvent que nos dessins leur rappellent de prêter davantage attention aux détails de la vie de couple, et de ne pas prendre celle-ci pour acquise. C’est le plus beau des compliments!»

Et voici la polémique

Parmi les commentaires, quelques trouble-fête lancent la polémique: représenter sa femme en tenue parfois légère, et surtout avec un corps parfait (taille de guêpe et formes généreuses), était-ce vraiment nécessaire? Une remarque qui n’émeut pas Yehuda Devir, pour qui tout est une question de point de vue. «C’est ça qui est amusant lorsqu’on est illustrateur: on représente les choses de la manière dont on les perçoit.»

Il y a un mois, Yehuda Devir lançait sa boutique en ligne, proposant une sélection de ses caricatures pour une quarantaine de francs l’unité. Certaines d’entre elles voient déjà leur stock épuisé. Un signal encourageant pour l’artiste, qui ne semble pas vouloir s’arrêter en si bon chemin. «Dans le futur, lorsque nous aurons assez d’illustrations, nous espérons publier un livre. Et, pourquoi pas, organiser une exposition.»