Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«Heidi» se présente comme une performance folklorique et participative.
© Brigou

Scènes

YoungSoon Cho Jaquet nous (re)plonge dans les alpages suisses avec «Heidi»

En 2015, la chorégraphe et danseuse YoungSoon Cho Jaquet et la chanteuse Héloïse Fracheboud ont créé «Heidi», une performance déambulatoire autour du yodel qui donne corps au mythe populaire suisse. Retour sur la genèse d’une création pluridisciplinaire

«Yodel-Adel-Eedle-Idle-Oo!». Loin des alpages suisses résonnent des sonorités champêtres. Au rythme des cloches et du yodel, Heidi et son ami Peter invitent le public à les rejoindre dans une courte déambulation participative. Sous les costumes traditionnels revisités se cachent en réalité la danseuse et chorégraphe YoungSoon Cho Jaquet et son acolyte yodleuse Héloïse Heïdi Fracheboud. Ensemble elles ont créé Heidi, une performance qui se veut un portrait stéréotypé de la Suisse mêlant chant folklorique et danse contemporaine. Moment charmant vu samedi, à Lausanne, dans le cadre des Garden-Parties, et que le public romand a déjà apprécié, notamment au Festival de La Plage des Six Pompes, l'an dernier

«J’ai grandi avec ce conte populaire imaginant la Suisse telle qu’elle y est décrite, c’est-à-dire un monde de fantasmes aux montagnes parsemées de chalets et peuplées de vaches que les bergers rassemblent en yodlant», se souvient l’Helvéto-Coréenne. Avec Heidi, elle donne vie à un mythe populaire, celui qui a bercé son enfance.

Le troupeau des spectateurs

Samedi dernier, les deux artistes ont mené le public sous la coupole de l’Espace des inventions. Tel un troupeau, les spectateurs les ont suivies avec curiosité. Réticents au début, ils se prennent vite au jeu, faisant tinter les diverses cloches ou marquant le rythme avec des cuillères en bois. «Où que nous soyons, nous voulons plonger les gens dans l’univers alpin tel que YoungSoon le perçoit», commente Héloïse Heïdi Fracheboud.

La danseuse a d’ailleurs cousu le costume de Heidi: une robe blanche faite de dentelle agrémentée d’un tablier en tissu coréen. «Cette performance me permet d’introduire mes racines sud-coréennes en proposant ma vision du récit», indique YoungSoon Cho Jaquet, désormais bien connue dans la région pour ses diverses performances.

Lire aussi: Petit traité de vie domestique en mode fantastique

Telle une transhumance

La déambulation se veut telle une transhumance vers les hauts pâturages alpins. Petits et grands s’amusent de la situation, qui se veut cocasse. Quelques tapes sur le flanc ou les mollets des participants, époussetage de leur toison ou encore soin d’une plaie imaginaire, les artistes se prennent pour des bergères tandis que les passants s’interrogent lorsque YoungSoon Cho Jaquet, déguisée en Peter, les poursuit ou les examine de la tête aux pieds.

Dans cet espace bétonné résonnent des chants syllabés entonnés à plein poumon par Héloïse Heïdi Fracheboud. Des téméraires s’essaient aussi au yodel en lançant des réponses timides lors de ces moments d’agitation. «La musique transmet des émotions assez profondes. La voix est une continuité du cœur, si bien qu’il n’est pas nécessaire de chanter juste. Incarner et vivre son chant est la clé d’une belle prestation», conseille la yodleuse autodidacte.

Le yodel, un art à part entière

La prestation se veut pluridisciplinaire mais laisse tout de même une part importante au chant. Dans Heidi c’est donc le yodel, cet «appel de montagne à montagne», qui est repris de façon contemporaine. «Les Bernois le pratiquent de manière très traditionnelle: ils portent des costumes, gardent les mains dans les poches, se positionnent en demi-cercle et n’utilisent que certaines syllabes, rapporte la chanteuse. Je préfère le rendre plus vivant, en y apportant ma touche personnelle.»

Le yodel se présente alors comme un art à part entière qu’il faut apprivoiser. «C’est très difficile à apprendre, concède YoungSoon Cho Jaquet. «Pratiquer le yodel se révèle plus acrobatique que d’autres styles car ici on explore toutes les zones vocales, ajoute Héloïse Heïdi Fracheboud. C’est comme perdre le contrôle, cela peut s’avérer euphorisant.» Au point de consumer pas mal d’énergie.

Pour autant, le binôme se glisse avec délice dans la peau de Peter et Heidi. Ce spectacle a fait le tour des différents cantons suisses et s’exporte même à l’étranger, notamment en Corée du Sud. Le duo espère d’ailleurs poursuivre les tournées, en Suisse et dans le reste du monde. ______________________________________________________________

Heidi, par et avec YoungSoon Cho Jaquet et Héloïse Heïdi Fracheboud.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a