«Le numérique, c’est pour les geeks.» Cette phrase, Marc Atallah ne l’a que trop entendue. C’est pour déconstruire ce cliché (l’ado collé à sa Playstation 4) que le directeur du Numerik Games Festival court-circuite, depuis 2016, l’été yverdonnois avec une programmation réunissant art et technologie – interdisciplinaire et grand public. Trois jours de jeux vidéo innovants, oui, mais aussi de spectacles, d’ateliers, de conférences… et de musique. Justement, cette 7e édition, qui débute vendredi prochain au centre-ville, multipliera les concerts.