Sur la banquette arrière d’une voiture qui file dans la nuit, Rue balbutie d’excitation. Elle vient de réchapper à une visite tendue dans un gang, l’adrénaline anesthésie toute perception du risque – elle snifferait bien un petit rail de coke pour célébrer, tiens. Au volant, son ami dealer s’agace: «Pourquoi tu fais comme si cette merde, c’était drôle, Rue?» Diffusée en ce moment sur la RTS, la seconde saison d’Euphoria ne tarde pas à retrouver son héroïne, cette lycéenne américaine addict à l’héroïne et à l’auto-destruction. Boucles défaites, front luisant, Rue Bennett est le visage d’une jeunesse à la dérive, qui noie son mal-être dans la poudre. Et son interprète, celui du nouvel Hollywood.