Si notre pays a de nombreux mérites, il n’est pas ce qu’on appellerait, façon Disney Channel, une machine à stars. Bassin limité? Excès de modestie? Complexe face aux géants voisins? En musique, difficile en tous les cas d’imposer son nom dans le paysage et les charts nationaux. «Je fais ce métier depuis dix ans et je n’ai pas l’impression d’avoir été vraiment «challengé» en Suisse», glissait Bastian Baker au Temps au début du mois.