Rock

Arab Strap

The Red Thread

(Chemikal Underground 050CD/Zomba)

En Ecosse, tous les monstres ne demeurent pas tapis dans la vase des lacs. Certains s'emparent de guitares, programment des rythmes sur d'antiques machines et dévident leurs textes comme on purge un abcès. Ainsi en va-t-il d'Arab Strap, fascinante structure à géométrie variable évoluant autour de la personnalité torturée d'Aidan Moffat, chanteur à la voix traînante et à la plume aiguisée. Insaisissable dans son habillage musical en perpétuel relookage et cependant constamment personnel, le rock lent d'Arab Strap se défie des classifications hâtives, rebondissant à chaque parution au gré de ses humeurs chagrines. Sur The Red Thread, quatrième album aux saveurs variées, le groupe renonce quelque peu à l'austérité glacée de son précédent disque pour s'ouvrir aux joies boisées de l'acoustique. Quelques boucles de violons, un sample de boîte à rythmes et de belles arabesques de guitare et de pianos suffisent à insuffler un peu de chaleur dans ces cathédrales de glace que sont «Last Orders» ou «Haunt Me». Quant au single «Love Detective», il voit le groupe céder à une rythmique groove irrésistible, convoquant le piano des productions Stax à faire un tour dans la rosée des Highlands, tout nu et frissonnant.