Hip-hop. MC Jean Gab'1. Ma Vie (Dooeen Damage Productions 7243 5900092 3/EMI)

«Certains m'appellent le nettoyeur, mais j'opterais pour l'fossoyeur, car j'aime remuer la merde.» Et MC Jean Gab'1, avec son cinglant et hargneux single «J't'emmerde», a réussi une entrée fracassante sur la scène rap française. En secouant aussi bien ses fondements historiques que son hypocrisie actuelle, cet ex-taulard au passé sulfureux a justement récolté le surnom de «Tonton flingueur». Ses couplets crus d'homme de la rue, qui ont précédé la sortie de ce premier album autobiographique sombre et haletant, dénoncent surtout la superficialité des rappeurs. Image faussée, passé de racaille fantasmé, éthique et religion clamées mais non respectées, Jean Gab' passe au peigne fin tous les petits arrangements avec la vie que s'octroie un milieu plus soucieux de pognon que d'authenticité. Propos à fleur de peau, production âpre et rythmiques tendues font sonner Ma Vie comme des dialogues d'Audiard ou l'accent de titi de Gabin l'acteur, idole du rappeur. A ce versant tranchant de loubard attachant, MC Jean Gab'1 joint des chansons de pure émotion: «Enfants de la DDASS», «A nos chers disparus» et «Lettre à mes fleurs» naviguent sur des mélodies mélancoliques en témoignant de son parcours pesant. Alors que d'autres chansons sont de belles odes à Paris, aux femmes. Autant de missives à des éléments qui réchauffent parfois l'âme en détresse. Entre gravité, pugnacité et allégresse respiratoire, Ma Vie résume l'errance d'un homme.