Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

roman

Le Zorro chinois de Christian Garcin

Dans «Des femmes disparaissent», Christian Garcin invente un univers de polar onirique drôle et furieusement chinois

Genre: Roman
Qui ? Christian Garcin
Titre: Des femmes disparaissent
Chez qui ? Verdier

Voici un roman qui pourrait être un polar mais qui est aussi une méditation sur la vie et la mort et même sur la vie après la mort; voici un roman qui pourrait être chinois, car ses pages intérieures lui donnent pour auteur un certain Chen Wanglin, mais dont la couverture porte bel et bien le nom de l’écrivain français Christian Garin. Des femmes disparaissent évoque de nombreuses formes et genres, sans jamais pourtant se couler tout à fait dans l’une ou l’autre.

C’est un roman travesti, drôle, désespéré et énigmatique. Et ce texte dénote, contrairement aux exercices de style à tendance exotique auxquels se livrent souvent les écrivains européens en quête d’un décor dépaysant, d’une perméabilité remarquable sinon d’une proximité véritable de l’auteur avec la langue chinoise, avec la Chine elle-même et même avec la diaspora chinoise; autant de lieux décrits avec art et précision et où se meut le personnage principal.

Comme le récit tient du polar, le protagoniste sera un flic doublé d’un justicier comme l’indique son nom, Zuo Luo, Zorro en chinois. Comme de juste, il est au service de veuves et d’orphelins version moderne: il s’est donné pour mission d’arracher, à leurs époux violents, des femmes mal mariées par des parents avides.

Or la souffrance de ses protégées le renvoie inévitablement à ses propres amours qui lui reviennent par vagues mémorielles – parfois portées par d’étranges fantômes – jusqu’à ce que, comme dans un puzzle ou une enquête policière – le récit complet se dessine.

Avec Des femmes disparaissent, Christian Garcin invite à une lecture vagabonde, poétique, subtile et pleine d’humour. Le livre musarde, prend son temps, se soucie peu de vraisemblance et suit le bon plaisir de son imaginaire.

Proximité vraie de l’auteur avec la langue et la culture chinoises

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps