La vitrine pour l'artisanat danois, c'est la Danish Crafts Collection. Présente dans les festivals et les salons de design internationaux (comme Maison&Objet à Paris), cette institution sélectionne chaque année douze objets de designers danois et fonctionne comme une rampe de lancement sur le marché international. De nombreuses créations trouvent alors à être produites, distribuées et commercialisées de manière professionnelle - comme le Washing-up Bowl d'Ole Jensen qui, grâce à cette visibilité, est aujourd'hui édité par Normann Copenhagen et que l'on voit dans tous les magasins. Cette année, deux collections sont visibles: Hands on!, qui explore les champs de la sensualité, et Mindcraft, une sélection qui entend rassembler le meilleur de la création danoise, avec notamment des objets de Louise Campbell, Ditte Hammerstrøm, Ole Jensen ou encore Cecilia Manz. «Les Danois sont très forts pour résoudre des problèmes: inventer des machines qui en même temps font du café, tiennent la porte et appellent ta mère. Depuis l'âge d'or, il n'y a pas eu de véritable crise dans ce secteur, plutôt une période de vide... Il y a cinq ans, les trentenaires danois ont pris conscience de leur potentiel. Et, depuis trois ans, ils explosent. Nous voulons montrer une autre face du design, des objets qui ne soient pas seulement pratiques et confortables, mais qui s'adressent également à l'esprit, qui soient drôles, intelligents, poétiques...», explique Kristian Kastoft, responsable des collections de Danish Crafts. A ne pas manquer cette année: le mouton à bascule de Povl Kjær, le miroir vaginal de Christin Johansson, les draps imprimés froissés de Dorthe Agergaard Jensen, les bagues sceaux de Camilla Prasch...

http://www.danishcrafts.org