Les armes suisses s’exportent bien pour calmer les ardeurs de la rue. Lors des heurts qui opposent depuis plusieurs jours manifestants du mouvement Black Lives Matter et agents fédéraux dépêchés par le président Donald Trump à Portland, les forces de l’ordre américaines ont eu recours aux GL06 de la firme thounoise Brügger & Thomet. L’entreprise équipe le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis de ses lanceurs de projectile depuis 2018.

L’arme anti- «gilets jaunes»

Le GL06 40 mm est «le plus précis lanceur de ce calibre sur le marché, léger, ergonomique et rapide», détaille B&T sur son site internet. L’arme est loin d’être inconnue: elle a défrayé la chronique pendant des mois en France l’année dernière lors de son utilisation contre le mouvement des «gilets jaunes». A Paris, les petits fusils de 60 cm de long pour 2,1 kg n’avaient pas fait dans le détail, provoquant des dizaines de blessés graves, mâchoires fracturées, énucléations, dents cassées ou encore fractures du crâne. Son nom était alors différent, LBD – pour lanceur de balles de défense. L’arme GL06 que le Secrétariat d’Etat à l’économie suisse exporte aux Etats-Unis sous la catégorie «matériel de guerre» est toutefois la même.

Lire à ce propos: Utilisés par la police française, les flash-balls suisses dans le viseur

Rien n’indique cependant qu’elle ait suscité de telles blessures aux Etats-Unis pour le moment. Les GL06 peuvent aussi être utilisés pour projeter des gaz lacrymogènes, qui ont été utilisés de manière extensive dans la capitale de l’Oregon ces derniers jours. La chaîne américaine CNN révèle que le maire de Portland, Ted Wheeler, a lui-même souffert des effets d’un tir de gaz lacrymogène ce jeudi alors qu’il participait à une manifestation. Furieux, le démocrate réclame le départ des troupes fédérales, qu’il juge être une «occupation anticonstitutionnelle». Donald Trump a lui justifié cette mobilisation par «l’abandon des rues par le maire de la ville aux mains des anarchistes».

Lire également: LBD 40 en Suisse: «Nous ne visons jamais la tête»

Loi suisse trop laxiste

Particulièrement polémique, l’usage des GL06 est dénoncé par les organisations non gouvernementales (ONG) depuis des années. Amnesty exige que la Suisse interdise l’exportation d’armes dites moins meurtrières s’il existe un risque que ces armes soient utilisées pour commettre des violations des droits humains. «La loi helvétique sur le contrôle des marchandises est totalement insuffisante à cet égard», souligne l’ONG.