Déjà, c'est une fille. Et ce n'est pas rien pour le Danemark, où les grands noms du design sont exclusivement masculins. Née en 1971, elle passe d'abord par l'école Central Saint Martins de Londres avant de poursuivre sa formation à la Danish School of Design à Copenhague. Aujourd'hui installée dans un atelier de la capitale, elle exerce le métier de designer industriel et son travail fait déjà partie des collections permanentes du Musée d'art et de design de Copenhague, qui consacre d'ailleurs à cette lauréate du Walk the Plank Award 2008 une exposition spéciale jusqu'au 26 octobre. «Ditte Hammerstrøm est une designer que je qualifierais de conceptuelle, parce que ses objets sont l'aboutissement d'une réflexion sur le mobilier et la vie», explique Christian Holmsted Olesen, conservateur du Danish Museum of Art and Design de Copenhague. Comme cette Chair for the person wishing to be heard, un tabouret prolongé par un mégaphone ouvragé: «Je travaille sur les sentiments, les émotions, l'irrationnel. Il est essentiel de développer ce type de relation avec les objets qui nous entourent. C'est cela qui fait qu'on les aime, bien plus que leur aspect pratique», explique la designer. Dans ses créations sensibles et poétiques, elle utilise souvent des tissus froncés, noués, pincés, enrubannés ou brodés: «J'utilise ces éléments décoratifs pour que les gens puissent s'approprier mes créations. Mais c'est très nouveau dans l'esthétique danoise; pendant longtemps, même ce qui contribuait à rendre l'objet beau devait avoir une fonction», poursuit-elle. Si Ditte Hammerstrøm a conçu de nombreux canapés, c'est que la conversation autour du café est un moment de la journée essentiel au Danemark. Pour le concours SE Design When you're old, elle a imaginé un agencement de canapés pour papoter entre amis... quand vous serez bien vieille, le soir, à la chandelle. Sur ces assises vieux rose tendre, des fronces - comme des rides à venir. Dans Sofa Set, les éléments incontournables d'un salon danois sont imbriqués les uns dans les autres: un canapé, une lampe, une bibliothèque et une table à café. «Souvent, ces éléments n'ont pas été conçus pour aller ensemble, mais, à la fin, ils se retrouvent là, disparates, à devoir cohabiter chez quelqu'un. Je voulais montrer l'extrême inverse, des éléments si homogènes qu'ils seraient imbriqués les uns dans les autres et ne formeraient qu'une seule pièce. Ce n'était pas conçu pour être particulièrement pratique et pourtant, c'est l'une de mes réalisations qui a eu le plus de succès», constate Ditte Hammerstrøm.

http://www.hammerstroem.dk