Aller au contenu principal
Publicité
Dessin de Frédéric Pakak.

Carte blanche à Frédéric Pajak

Pour «Le Temps», Frédéric Pajak revisite quelques villes de sa vie. Villes du nord, villes du sud, chacune joue sa part, secrète ou manifeste, dans le parcours de l’écrivain-dessinateur

L’âme des villes

A Carte blanche à Frédéric Pajak: Athènes

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

ÉPISODE 5. «Si nos mœurs contemporaines tendent à effacer le souvenir antique, nos rêves sont indéfiniment imbibés de cette mythologie sacrée»   

L’âme des villes

A Carte blanche à Frédéric Pajak: Aoste

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

ÉPISODE 4. «Petite ville abîmée par la modernité du fascisme, et celle de l’après-guerre, mais que magnifie son décor industriel – l’usine de retraitement du lignite – et ses immeubles standardisés du quartier de la Cogne où s’entassaient les ouvriers de Vénétie et de Calabre, déportés par le Duce»   

L’âme des villes

A Carte blanche à Frédéric Pajak: Lausanne

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

ÉPISODE 3. «Un temps, Lausanne fut pour moi un port d’attache: dès que j’avais assez d’argent, je partais en voyage le plus loin possible, et je revenais toujours»   

L’âme des villes

A Carte blanche à Frédéric Pajak: Paris

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

ÉPISODE 2. «Nous avons quitté Paris; cela m’attrista. J’y revins des années plus tard, seul. Après un long voyage, je m’accoudai au zinc de L’Européen, brasserie au sortir de la gare de Lyon, pour y boire un demi et dévorer un sandwich pâté-cornichons»   

L’âme des villes

A Carte blanche à Frédéric Pajak: Strasbourg

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

ÉPISODE 1. «Ô péniches imposantes, le ventre gonflé de marchandises, qui faites route le long du Rhin, par le fleuve et ses canaux, caressant le rivage ourlé de saules pleureurs et de bouleaux en rangs serrés; vous avez un peu de la superbe strasbourgeoise, et vos mariniers savent boire dans de féeriques buvettes»