Aller au contenu principal
Publicité
Théâtre d’ombres dans un hutong pékinois, mars 2022.
Théâtre d’ombres dans un hutong pékinois, mars 2022. — © Bernd Dittrich / Unsplash

Clair-obscur, des chroniques de l’ombre

Dans la cour de l’immeuble de notre chroniqueuse se trouve un tilleul. Son appartement est ainsi fait qu’elle vit en compagnie de cet arbre et donc, l’été, avec son ombre. Elle en décrit et célèbre l’extraordinaire valeur à travers cinq œuvres, voguant de la cour lausannoise jusqu’en Indonésie en passant par la Toscane et le Japon

Chronique

Clair-obscur: Théâtres d’ombres

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

ÉPISODE 4. La mise en scène des ombres permet de dialoguer avec l’invisible. A ce jeu-là, les Javanais sont passés maîtres. Christian Boltanski aussi

Chronique

A Clair-obscur: La profondeur de l'ombre

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

EPISODE 2. Pour plonger à la fois dans l'épaisseur et les délices de l'obscurité, suivons Jun'ichirô Tanizaki et sa «Louange de l'ombre»   

Chronique

A Clair-obscur: A l’ombre du tilleul

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

EPISODE 1. Vivre avec un arbre est une chance extraordinaire lorsqu’on est citadin au XXIe siècle… A l’abri, sous ses rameaux, le réchauffement semble un peu moins rude et la poésie se réveille