Aller au contenu principal
Publicité

Les écrivains face au virus

La crise appelle des mots pour la dire, pour la traverser, pour en rire, pour la dépasser. Nous avons demandé à des autrices et des auteurs de réagir par les moyens de l’écriture: fiction, plaidoyer, rêverie, conte...

Parce qu’il nous reste les mots

Ecrivains face au virus: «Envolés, les cols-verts», de Rose-Marie Pagnard

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

La crise appelle des mots pour la dire, pour la traverser, pour en rire, pour la dépasser. Nous avons demandé à des autrices et des auteurs de réagir par les moyens de l’écriture: fiction, plaidoyer, rêverie, conte, etc. Cette semaine, carte blanche à Rose-Marie Pagnard

Parce qu’il nous reste les mots

Les écrivains face au virus: «Du fonds du puits», de José-Flore Tappy

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

La crise appelle des mots pour la dire, pour la traverser, pour en rire, pour la dépasser. Nous avons demandé à des autrices et des auteurs de réagir par les moyens de l’écriture: fiction, plaidoyer, rêverie, conte, etc. Cette semaine, carte blanche à José-Flore Tappy

Parce qu'il nous reste les mots

Les écrivains face au virus: «La Réconciliation» d'Anne Brécart

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

La crise appelle des mots pour la dire, pour la traverser, pour en rire, pour la dépasser. Nous avons demandé à des autrices et des auteurs de réagir par les moyens de l’écriture: fiction, plaidoyer, rêverie, conte, etc. Cette semaine, carte blanche à Anne Brécart

Parce qu’il nous reste les mots

Ecrivains face au virus: «Passages» de Léonora Miano

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

La crise appelle des mots pour la dire, pour la traverser, pour en rire, pour la dépasser. Nous avons demandé à des autrices et des auteurs de réagir par les moyens de l’écriture: fiction, plaidoyer, rêverie, conte, etc. Cette semaine, carte blanche à Léonora Miano

Parce qu’il nous reste les mots

Les écrivains face au virus: «Suite inconnue», par Marie Darrieussecq

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

La crise appelle des mots pour la dire, pour la traverser, pour en rire, pour la dépasser. Nous avons demandé à des autrices et des auteurs de réagir par les moyens de l’écriture: fiction, plaidoyer, rêverie, conte, etc. Cette semaine, carte blanche à Marie Darrieussecq

Parce qu’il nous reste les mots

Les écrivains face au virus: «Sur ce qui nous arrive», de Sylviane Dupuis

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

La crise appelle des mots pour la dire, pour la traverser, pour en rire, pour la dépasser. Nous avons demandé à des autrices et des auteurs de réagir par les moyens de l’écriture: fiction, plaidoyer, rêverie, conte, etc. Cette semaine, carte blanche à Sylviane Dupuis

Parce qu’il nous reste les mots

Les écrivains face au virus: «Après la marée», de Corinne Desarzens

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

La crise appelle des mots pour la dire, pour la traverser, pour en rire, pour la dépasser. Nous avons demandé à des autrices et des auteurs de réagir par les moyens de l’écriture: fiction, plaidoyer, rêverie, conte, etc. Cette semaine, carte blanche à la romancière Corinne Desarzens

Parce qu’il nous reste les mots

Les écrivains face au virus: «La Fenêtre», d'Olga Tokarczuk

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

La crise appelle des mots pour la dire, pour la traverser, pour en rire, pour la dépasser. Nous avons demandé à des autrices et des auteurs de réagir par les moyens de l’écriture: fiction, plaidoyer, rêverie, conte, etc. Cette semaine, carte blanche à la Polonaise Olga Tokarczuk, Prix Nobel de littérature 2018

Parce qu’il nous reste les mots

Les écrivains face au virus: «La musique du monde», d'Alberto Nessi

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

La crise appelle des mots pour la dire, pour la traverser, pour en rire, pour la dépasser. Nous avons demandé à des autrices et des auteurs de réagir par les moyens de l’écriture: fiction, plaidoyer, rêverie, conte, etc. Dans ce texte lumineux, le Tessinois Alberto Nessi, Grand Prix de littérature en 2016, s'interroge: «Peut-on parler de poésie en des jours comme ceux-ci?»