Aller au contenu principal
Publicité

L'affaire Maudet

La polémique autour de Pierre Maudet n’en finit pas d’agiter Genève. Sous enquête pénale pour acceptation d’un avantage, le conseiller d’Etat s’accroche à son poste, suscitant un malaise croissant au sein du collège. Retrouvez tous nos articles consacrés à cette affaire

Justice

A Pierre Maudet est condamné pour le voyage d’Abu Dhabi

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

A Genève, le Tribunal de police a rendu son verdict. Le conseiller d’Etat a bien envisagé et accepté le risque de se retrouver sous influence en acceptant un cadeau aussi important. Il écope de 300 jours-amendes avec sursis   

Justice

A Le procureur évoque «les noces barbares» de Pierre Maudet

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

Le Ministère public a requis des peines de 14 mois de prison avec sursis contre le conseiller d’Etat et son ancien chef de cabinet pour avoir pris le risque de bâtir une «relation toxique» en acceptant de luxueux cadeaux   

Justice

A La posture compliquée de Pierre Maudet

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

Interrogé durant plusieurs heures lors de cette deuxième journée d’audience, le conseiller d’Etat réfute l’accusation telle qu’elle est formulée. Il précise avoir accepté une invitation qui représentait un honneur pour lui et pour la République et canton de Genève   

Justice

A Le très serviable chef de cabinet de Pierre Maudet

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

Le procès du conseiller d’Etat et de ses quatre coprévenus s’est ouvert ce lundi à Genève. Patrick Baud-Lavigne s’est dépeint comme un secouriste, toujours prêt à rendre service à ceux que l’administration malmène. Rien à voir avec du copinage, assure l’ex-bras droit du ministre   

éditorial

Pierre Maudet, les enjeux essentiels du procès

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

4

ÉDITORIAL. L’affaire arrive en jugement dans un contexte très particulier. Le conseiller d’Etat a déjà démissionné et l’aspect pénal n’est plus considéré comme le facteur décisif de son avenir politique. De quoi atténuer un peu l’électricité dans l’air