Aller au contenu principal
Publicité

Les romans, tout un film

L'adaptation d'un roman en film est une aventure en soi, humaine, artistique, aux rebondissements multiples. Cette série d'articles passe en revue les plus belles de ces sagas

les romans, tout un film

A «Les Raisins de la colère»: la balade de Tom Joad

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

En 1939, John Steinbeck décrivait dans un épais roman écrit en quelques mois le quotidien des travailleurs durant la Grande Dépression. L’année suivante, John Ford en fera un film qui deviendra lui aussi un grand classique   

Les romans, tout un film (4/5)

A «Apocalypse Now», au plus près de l’horreur de Joseph Conrad

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

La production de l'un des plus grands films de l'histoire a été un enfer pour son réalisateur, Francis Ford Coppola. Quoi qu'il en soit, sur la base d'un scénario de John Milius, il est toujours resté fidèle à l'esprit du roman qui inspirait cette sombre odyssée, du Congo au Vietnam   

les romans, tout un film

A Tavernier donne un bon «Coup de torchon»

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

Transposant de l’Amérique profonde à l’Afrique coloniale française l’intrigue d’un roman de Jim Thompson, Bertrand Tavernier signe une comédie noire grouillant de personnages affreux, sales et méchants. Avec Philippe Noiret dans le rôle d’un policier lâche et corrompu qui se mue en ange exterminateur   

Les romans, tout un film

A Et Godard créa «Le Mépris»

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

En adaptant un roman de Moravia qu’il méprisait, avec une actrice qu’il n’aimait pas, Godard a signé son œuvre la plus envoûtante. Un faux film «classique» devenu emblématique de la modernité   

Les romans, tout un film

A «Christine», le film qui sublime le roman 

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

En 1983, Stephen King est déjà une vedette de la plume, mais il rate son roman sur une voiture maudite. John Carpenter s'en empare et, avec son équipe, va en faire un film bien plus puissant. En fait, un chef d’œuvre   

Les romans, tout un film

Kubrick s’éprend de Lolita

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

Du chef-d’œuvre tortueux et coruscant de Nabokov, le réalisateur de «Spartacus» tire un thriller en noir et blanc forcément tronqué et ne dédaignant pas le comique. Portée par d’excellents acteurs, cette transmutation s’avère intéressante à défaut d’être géniale

Les romans, tout un film

A Quand John Huston poursuivait le fantôme de Joyce dans la nuit de Dublin

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

A la veille de sa mort, le réalisateur du «Faucon maltais» et de «Moby Dick» tourne «Les Gens de Dublin». Une adaptation saisissante de justesse de la nouvelle «Les Morts», que le jeune James Joyce avait publiée au début du XXe siècle   

Les romans, tout un film

A Quand Fellini assassina Casanova

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

En 1976, Federico Fellini donnait sa version des mémoires et de la vie du séducteur vénitien. Truculent, vulgaire et mélancolique: une entreprise de démolition organisée comme un feu d’artifice lubrique   

Les romans, tout un film

A Madame Bovary, c’est Chabrol

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

Inlassable pourfendeur de bêtise, Gustave Flaubert a eu Claude Chabrol pour disciple. En 1991, le cinéaste porte à l’écran «Madame Bovary». Une relecture fidèle, très intelligente, avec Isabelle Huppert dans le rôle de la femme insatisfaite et Jean-François Balmer dans celui de son cornard d’époux   

Les romans, tout un film

A Libre comme un oiseau moqueur

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

Publié en 1960 par Harper Lee, «Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur» demeure malgré plusieurs polémiques un grand classique des lettres américaines. Tout comme le film qu’en a tiré Robert Mulligan l’année suivante, «Du Silence et des Ombres», reste un chef-d’œuvre