Aller au contenu principal
Publicité

Les têtes chercheuses romandes de la science

Ils et elles sont nos «têtes chercheuses». Des scientifiques de Suisse romande que nous questionnons pour comprendre ce qui les occupe, les inspire, les fascine et les mobilise dans leurs recherches

Tête chercheuse

A Mikaël Pittet: «Mon objectif est de comprendre pourquoi l’immunothérapie n’est pas efficace sur tous les patients»

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

Après plus de quinze ans passés aux Etats-Unis, le biologiste Mikaël Pittet a été nommé en septembre professeur au Département de pathologie et immunologie de l’Université de Genève. Ses travaux visent à mieux comprendre les facteurs favorisant l’efficacité des traitements contre le cancer   

tête chercheuse

A Mathieu Rebeaud: «On peut dire que j’ai un parcours atypique»

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

Figure de la science francophone sur Twitter, Mathieu Rebeaud pourfend les pseudosciences comme il aime les chats: avec tout son cœur. Ce que l’on sait moins, c’est qu’il a mis du temps à se réconcilier avec son goût pour la recherche   

Tête chercheuse

Caroline Arber: «Les avancées dans le domaine de l’immunothérapie me motivent à pousser les limites dans la recherche de nouveaux traitements»

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

Professeure associée au Département d’oncologie UNIL-CHUV, Caroline Arber mène de front des activités de recherche et cliniques dans le domaine de l’immuno-oncologie et de l’hématologie, afin de trouver de nouvelles stratégies permettant de mieux contrôler les cancers du sang. La médecin vient aussi de remporter l'un des deux prix scientifiques de la Fondation Leenaards

Tête chercheuse

A Christian Lovis: «J’aime laisser de la place à l’erreur»

Ajouter l'article à vos favoris Retirer l'article de vos favoris

Publié Modifié

Médecin-chef du service de l’information médicale des HUG, Christian Lovis s’imaginait en héros scientifique. Il s’est finalement pris de passion pour la médecine et son côté organique et brouillon