Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Des panneaux solaires en Inde.
© Amit Dave / Reuters

Portraits

Les 10 stars suisses de la finance durable

Dans le pays, de nombreuses personnalités sont incontournables en matière d’investissements responsables. Le «Temps» a fait sa sélection

Pendant cette année anniversaire de nos 20 ans, «Le Temps» met l’accent sur sept causes emblématiques de nos valeurs. La cinquième portera sur «l’économie inclusive». Nous souhaitons vous faire découvrir des idées, des modèles et des personnalités qui, chacun à leur manière, développent une économie et une finance plus saines.

Du «greenwashing» pratiqué par certaines multinationales aux micro-initiatives développées par des individus, un vaste univers existe, que «Le Temps» explorera par petites touches au fil du mois qui vient. 

Retrouvez tous les articles consacrés à cette cause ici.


Lire également notre éditorial:  Finance durable: des paroles aux actes

Sabine Döbeli, lobbyiste en cheffe

C’est la figure de la finance durable en Suisse. Depuis 2014, Sabine Döbeli dirige Swiss Sustainable Finance (SSF), association qu’elle a contribué à mettre en place pour fédérer les acteurs du secteur. Le but? Aider à développer ce créneau jugé prometteur en Suisse, via la formation, la recherche et une meilleure visibilité, notamment. Cette diplômée en sciences environnementales de l’EPFZ et de gestion d’entreprise de l’Université de Bâle a fait carrière dans la finance, en mettant rapidement un pied dans l’investissement responsable. A la banque zurichoise Vontobel, elle a dirigé la gestion d’entreprise durable, une fonction qui incluait la préparation des services de placement dans ce domaine. Elle a également créé l’entité qui s’occupe de la recherche pour les placements responsables à la Banque cantonale de Zurich, institution où elle a également lancé plusieurs produits.

(MF)

Angela de Wolff, pionnière à Genève

Impossible de parler du secteur sans citer Angela de Wolff. En 2007, elle a créé Conser Invest à Genève, une société de conseil et de gestion d’actifs spécialisée dans la finance durable pour les clients privés et institutionnels. En parallèle, elle a cofondé Sustainable Finance Geneva pour promouvoir la durabilité et la responsabilité à un moment où 1% des actifs placés en Suisse l’étaient selon ces principes, bien moins que dans le reste du monde. Le but était aussi de profiler Genève dans ce segment. Mais son intérêt pour la discipline remonte plus loin: elle s’occupait d’investissement socialement responsable pour Lombard Odier avant de lancer son entreprise. Elle fait partie du conseil de l’association Swiss Sustainable Finance.

(MF)

Antoinette Hunziker-Ebneter, remettre les valeurs dans l'investissement

Autre personnage incontournable, Antoinette Hunziker-Ebneter est elle aussi issue de la finance traditionnelle. Diplômée de l’Université de Saint-Gall, elle a été entre autres membre du conseil exécutif de Julius Baer, présidente de la bourse suisse et elle est actuellement présidente de la Banque cantonale de Berne. Son chemin vers la finance durable, elle l’a trouvé à la suite de plusieurs discussions avec des clients qui lui ont fait prendre conscience qu’aux côtés des performances, les valeurs comptent aussi dans les choix d’investissements. Cela a conduit Antoinette Hunziker-Ebneter à créer la société de gestion d’actifs Forma Futura Invest en 2006 avec trois associés, tous convaincus qu’investir de façon éthique permettra d’améliorer la qualité de vie des générations futures. Elle dirige toujours cette entreprise.

(MF)

Marisa Drew, l'une des femmes les plus influentes de la finance 

A la fin 2017, elle a été nommée responsable de la direction des activités globales de Credit Suisse dans l’investissement durable pour les clients privés et institutionnels. Pour souligner l’importance de son département, elle est placée directement sous la direction de Tidjane Thiam. Marisa Drew est membre du top 10 des banquiers d’investissements en Europe par Financial News et du top 100 des femmes les plus influentes en finance chaque année depuis dix ans. Après avoir travaillé dans le private equity chez Kidder Peabody, puis pour onze ans auprès de la banque d’investissement Merrill Lynch, elle a rejoint Credit Suisse il y a quinze ans. Elle a fortement développé les activités de crédit privé (leverage finance). Aujourd’hui, sa tâche consiste à faire passer les investissements durables à l’âge industriel et cela dans toutes les divisions du groupe. Credit Suisse a notamment cofondé ResponsAbility et lancé par exemple le premier fonds immobilier avec effet neutre sur le climat.

(EG)

Rochus Mommartz, l'homme qui introduit la finance dans les pays en développement

Spécialiste des investissements dans les pays émergents, Rochus Mommartz est depuis 2010 membre de la direction, puis dès janvier 2016 président de la direction de ResponsAbility, le leader de l’«investissement pour une croissance inclusive». Cet Allemand de 56 ans, qui a fait des études en mathématiques et en économie, travaille pour le gérant d’actifs depuis sa création en 2003. Auparavant, Rochus Mommartz a conseillé plus de 40 pays en développement pour développer le secteur financier, dont 8 afin de créer les conditions réglementaires nécessaires au développement de la microfinance. Il avait aussi contribué à l’expansion en Amérique latine de ProCredit Holding, l’un des plus grands groupes de microfinance. ResponsAbility dispose de 3 milliards de dollars d’actifs sous gestion, dont 85% sous forme de dette et 15% de private equity. Avec 240 employés, il a investi dans 540 entreprises de 90 pays.

(EG)

Roger Merz, le gérant expert dans l’intégration des critères durables

Pour Roger Merz, l’intégration des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans l’évaluation des entreprises est «un outil de gestion du risque particulièrement important». Le gestionnaire est directeur de Mtx Portfolio Management depuis 2012, une gamme de 4 milliards de francs d’actifs, et gérant du fonds Mtx Sustainable Emerging Markets, au sein d’un groupe qui a fortement progressé dans les fonds durables. Vontobel détient 8,9% du marché des fonds durables, selon SSF, en vertu de statistiques qui incluent les actifs de Raiffeisen, Notenstein et Ethos Services. La boutique Mtx recourt depuis 2010 à un système propriétaire pour évaluer les critères ESG. Après son MBA en finance à l’Université de Zurich et titulaire du CFA, avant Vontobel il a travaillé de 2006 à 2010 comme gérant et analyste auprès de Goldman Sachs, et auparavant chez Credit Suisse puis Morgan Stanley (2003-2006).

(EG)

Michael Baldinger, le financier qui veut généraliser l’intégration du durable 

Michael Baldinger a rejoint UBS en 2016 après avoir présidé entre 2011 et 2016 la direction de RobecoSAM, société exclusivement spécialisée dans l'investissement durable. Il a été mandaté par Ulrich Körner, president d’UBS Asset Management, pour bâtir «la plus forte équipe de professionnels de l’investissement durable» ainsi que pour généraliser la finance durable au sein d’UBS Asset Management. La banque entend s’engager pour les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) auprès des entreprises dans lesquelles elle investit sur des thèmes comme le climat et l’égalité des genres. Elle détient une part de marché de 23,1% des fonds durables en Suisse, selon SSF. L’intégration des informations ESG dans tous les processus d’investissements actifs est une priorité stratégique. Michael Baldinger a commencé sa carrière au sein de Credit Suisse en 1986 à Zurich. Après avoir travaillé pour Bear Stearns et Deutsche Bank de 1996 à 2005, il est devenu responsable de la distribution de Credit Suisse Asset Management pour les Amériques.

(EG)

Roland Dominicé, le financier de la base de la pyramide

La base de la pyramide. C’est là que Symbiotics veut apporter des financements et des services financiers, dans plus de 70 pays émergents ou classés comme «frontières». En près de 14 ans d’existence, l’entreprise cofondée par Roland Dominicé a financé ou finance encore plus de 1,6 millions de ménages ou de petites entreprises via des institutions locales de financement. Plus tôt dans une carrière débutée chez UBS puis PwC, le Genevois a également participé aux débuts de Blue Orchard, l’un des pionniers de la micro-finance à Genève. En tant que directeur financier, il a notamment lancé les premières obligations structurées de microfinance, en 2004, ce qui a contribué à faire connaître la microfinance genevoise sur la scène internationale. Roland Dominicé est diplômé du Graduate Institue de Genève et de l’université de Chicago

(SR)

Vincent Kaufmann, le pur produit Ethos


A 38 ans, Vincent Kaufamnn dirige Ethos depuis 2015. Il y a débuté sa carrière professionnelle lorsque, toujours étudiant, il a rejoint l’organisation pendant la saison des assemblées générales, alors que la thématique ESG est encore balbutiante. L’un des pionniers suisses à avoir proposer des placements durables aux caisses de pension dès 1997, Ethos se veut également un investisseur actif sur le thème de la bonne gouvernance en particulier. En votant pour le compte des caisses de pension et en engageant un dialogue avec les entreprises en portefeuille. Il faut maintenant passer à la «durabilité 2.0», avance Vincent Kaufmann, c’est-à-dire sortir du «green washing», l’utilisation des thématiques durables pour des motivations de marketing ou d’image. Pas toujours facile en Suisse, où il n’existe pas d’obligation de publier une analyse de l’impact environnemental et social d’une entreprise, regrette-t-il.

(SR)

Eric Borremans, le spécialiste ESG de Pictet


Pictet s’est fait connaître pour ses investissements durables depuis 1999 et le lancement d’un fonds actions suisses durables, puis avec celui du fonds Pictet Water en 2002, avant de figurer parmi les premiers signataires des principes pour l’investissement responsable (PRI) des Nations Unies, en 2007. En parallèle à ses produits d’investissements à thématique environnementale, Pictet Asset Management s’est fixé l’objectif pour fin 2018 d’intégrer systématiquement les critères ESG dans l’ensemble de ses stratégies actions et obligataires. C’est l’une des responsabilités d’Eric Borremans, en charge depuis près de trois ans de l’intégration des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans l’activité de gestion d’actifs du groupe. Ancien responsable de la recherche et de la gestion durable dans la filiale d’asset management de BNP Paribas, il affiche par ailleurs une expérience industrielle, après avoir été consultant pour un bureau d’études international en matière de développement durable, en Belgique et en Angleterre.

(SR)

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)