La société MicroChemical Systems (MiCS), spécialisée dans les détecteurs de pollution atmosphérique pour le secteur automobile, est rachetée pour 12 millions de francs par l'entreprise anglaise e2v technologies, active dans les senseurs et les semi-conducteurs (1800 employés dans le monde).

Créée en 1998, MiCS emploie 25 personnes à Corcelles (NE). Son activité principale est la fabrication de capteurs permettant de réduire le niveau des gaz nocifs dans l'habitacle des voitures. Ses clients sont des équipementiers ou des marques comme VW, GM, BMW ou Mercedes. Le marché mondial, estimé à quelque 50 millions de francs en 2006, pourrait être multiplié par six à terme. L'autre activité est la surveillance du niveau d'ozone, MiCS livrant des capteurs ou des équipements complets.

La start-up, qui avait repris initialement le développement d'une unité Motorola à Toulouse, a été financée par Vinci Capital, à travers deux fonds de capital-risque, et par Saia Burgess. MiCS se trouve encore en phase d'investissement et enregistre une perte de 2,3 millions de francs en 2006 mais devrait être rentable dès l'exercice 2008-2009, selon son repreneur. La transaction prévoit que les emplois actuels seront maintenus à Neuchâtel, voire renforcés en fonction des développements futurs.

Pour le directeur de MiCS Hervé Borrel, la reprise de la société par e2v est «une très bonne nouvelle, qui assure la pérennité industrielle de nos activités». Selon lui, l'entreprise gagne des parts de marché sur ses deux principaux concurrents grâce à une politique de prix très concurrentiels, un facteur décisif dans l'automobile.

Partenaire de Vinci Capital, Olivier Tavel se félicite que la solution trouvée permette de maintenir les emplois et le savoir-faire en Suisse. «Nous ne gagnons pas d'argent sur cette opération mais réalisons la valeur nette d'inventaire tout en ayant trouvé un très bon repreneur qui vise l'expansion de l'entreprise.»