faillite

La 13e ville de Californie dépose le bilan

Acculée par la crise financière, Stockton, 300 000 habitants, ne peut plus payer ses dettes

La 13e ville de Californie, avec près de 300 000 habitants, s’apprêtait mercredi à déposer le bilan. En se plaçant sous la protection du chapitre IX de la loi sur les faillites, Stockton deviendra la plus grande ville américaine à faire défaut sur le paiement de sa dette.

Cette décision intervient après trois mois de négociations entre Stockton et ses créanciers afin de combler un déficit de 26 millions de dollars dans les caisses de la ville. Ces derniers n’étant pas parvenus à un accord, le conseil municipal a finalement décidé mardi d’avaliser le budget 2012-2013. Or ce budget ne peut être tenu que si une dette de 10,2 millions de dollars – sur un total de 700 millions – n’est pas remboursée. Si la justice autorise le recours au chapitre IX, Stockton pourra alors ne pas payer ses créanciers sans risquer d’être poursuivie devant les tribunaux.

«C’est une décision très difficile, a déclaré mardi Ann Johnston, maire de Stockton, dans un communiqué. Mais il n’y avait pas d’autre solution pour protéger la santé, la sécurité et le bien-être des habitants et entamer le redressement économique.» Afin de garder un budget équilibré, Stockton avait déjà coupé dans ses dépenses ces trois dernières années à hauteur de 90 millions de dollars. La ville avait notamment réduit d’un quart le nombre de ses policiers. Désormais, Stockton va devoir couper dans les salaires et les pensions de retraite afin d’économiser 11,2 millions supplémentaires.

Les problèmes de Stockton ne datent pas d’hier. Outre la gestion calamiteuse des finances publiques évoquée par des membres du conseil municipal dans la presse, la ville a été touchée de plein fouet par la crise immobilière de 2008 et la récession qui s’ensuivit. Si bien qu’en avril, elle connaissait un taux de chômage de 15,4%, soit près du double de la moyenne nationale.

Un déficit qui se creuse

Aux Etats-Unis, les faillites de municipalités sont devenues plus fréquentes. Sur les 42 cas répertoriés depuis 1981, dix ont eu lieu ces quatre dernières années, et donc depuis l’éclatement de la crise des «subprime», d’après les données de l’agence Bloomberg. Parmi elles, Vallejo, une autre ville californienne, qui avait fait faillite en 2008.

Quant à l’Etat californien, la situation de ses finances n’est guère plus rassurante. Lors de son arrivée en 2011, le gouverneur démocrate Jerry Brown avait hérité d’un déficit annuel de 26 milliards de dollars de son prédécesseur Arnold Schwarzenegger. Après l’avoir réduit dans un premier temps, il a révélé, il y a un mois, que celui-ci était reparti à la hausse et s’élevait désormais à quelque 16 milliards de dollars, soit deux fois plus que prévu au mois de janvier. Pour y faire face, Jerry Brown a donc proposé un nouveau budget d’austérité reposant sur une hausse d’impôts – notamment pour les revenus les plus élevés – et une réduction des dépenses publiques de 8,3 milliards de dollars. Afin d’éviter un blocage de la part des républicains à l’assemblée et au Sénat, son plan sera soumis aux électeurs californiens en novembre.

Publicité