200 millions de francs de dommages

La BCGE n’est pas la seule à avoir été la victime de cybercriminels. En Suisse, sept cas ont été recensés par KPMG en 2014. Le dommage total s’élève à 200,5 millions de francs, selon un rapport publié mercredi par le cabinet d’audit et de conseil.

Un seul autre cas dans le domaine bancaire est signalé: «Quatre hommes ont accédé à des données de cartes de crédit sur Internet. Ils les ont utilisées pour financer un style de vie onéreux, causant un dommage de 78 000 francs», raconte le rapport, qui regroupe les cas dont les enjeux sont supérieurs à 50 000 francs, qui ont été jugés par un tribunal et dont le grand public a eu connaissance.

Dans un autre cas, un ancien informaticien d’une entreprise disposait encore d’un accès externe au serveur. Pour se venger de son ancien employeur, il a manipulé, entre autres, le calendrier Outlook, causant des dommages de 100 000 francs.

KPMG détaille encore d’autres histoires de fraudes en ligne pour des montants non communiqués. Elles concernaient «des biens de haute valeur et faciles à écouler», comme les portables. Ils ont été proposés sur des plateformes en ligne sans que la marchandise ait jamais changé de propriétaire.