«Notre paquebot suit la même route. Pour la huitième année consécutive, notre chiffre d'affaires atteint 10 milliards de francs.» C'est un Jens Alder satisfait qui a dévoilé jeudi les chiffres sans surprise de l'opérateur pour 2004. Des résultats une nouvelle fois bons qui prouvent que Swisscom fait mieux que de se défendre face à la concurrence, en se permettant par exemple le luxe d'augmenter de 4,8% le chiffre d'affaires de sa division mobile. Les actionnaires, à commencer par les citoyens – la Confédération détient 66,1% de l'opérateur – peuvent se réjouir: Swisscom versera un dividende de 14 francs par titre et rachètera une nouvelle fois ses actions pour une valeur de 2 milliards de francs. Au total, Swisscom a versé depuis son entrée en Bourse 15,9 milliards à ses actionnaires, en dividende (6 milliards), en rachat d'actions (8,3) et en réduction de valeur nominale (1,6).

Le détail des chiffres de 2004 par secteur:

Téléphonie fixe

La concurrence égratigne Swisscom, dont le volume des minutes de communication a baissé de 14,2%. Mais les Sunrise, Tele2 ou Econophone n'expliquent pas tout. Pour se connecter au Web, les internautes migrent de plus en plus du dial-up vers l'ADSL, dont les raccordements ont bondi de 64,7% à 802 000 lignes. Avec 490 000 clients, Bluewin rafle toujours la plus grande part du gâteau. En un an, la division Fixnet a perdu 275 emplois. Du coup, la marge progresse de 36,8 à 38%. «La concurrence va s'intensifier, et des sociétés informatiques vont utiliser notre réseau pour transmettre de la voix via Internet, prévoit Jens Alder. Nous saurons répondre, en lançant des produits simples à utiliser mélangeant la téléphonie fixe et la téléphonie mobile.» A court terme, Swisscom lancera la télévision via ADSL au second semestre.

Mobile

En un an, Swisscom a réussi à compter 112 000 clients mobiles de plus (+3,0%) à 3,909 millions. En comparaison, Orange a gagné l'an passé environ 50 000 clients, et Sunrise 80 000. Donnée très intéressante, la facture mensuelle moyenne est restée stable à 81 francs. Une véritable déception, car le volume des données échangées a à peine compensé la baisse des minutes mensuelles, qui passent de 121 à 118. En d'autres termes, Swisscom a beau compter 445 000 clients du service Vodafone Live!, ils ne consomment que peu de services payants. Quant aux téléphones UMTS (téléphonie mobile de la troisième génération), ils ne représentent que 10% des portables actuellement vendus. Les SMS, eux, ont progressé de 7,5% à 1,986 milliard de messages.

L'étranger

L'année passée a été catastrophique pour Swisscom à l'étranger. L'opérateur a perdu 3,3 milliards de francs avec la vente de l'opérateur allemand Debitel, et le gouvernement autrichien a refusé de lui céder Telekom Austria. La prochaine cible se nomme Cesky Telecom, que la République tchèque vendra peut-être à Swisscom début avril pour plus de 3 milliards de francs lors d'une vente aux enchères. «Nous sommes devenus des calculateurs prudents», a affirmé Jens Alder, répétant que le prix déboursé ne devra en aucun cas prétériter ses actionnaires.