L’Office fédéral de la statistique publie aujourd’hui son indice des prix à la consommation pour le mois de décembre 2009. Par rapport au mois de novembre, ce dernier a reculé de 0,2%, tandis que par rapport au même mois un an plus tôt, il a augmenté de 0,3%.

En moyenne sur l’ensemble de l’année écoulée, les prix ont reculé de 0,5%, ce qui n’était pas arrivé depuis 50 ans. L’OFS rappelle que l’année 2008 avait été celle d’une augmentation spectaculaire des prix de 2,4% en moyenne, le taux le plus élevé de ces 5 dernières années. 2007 avait connu une inflation limitée à 0,7%.

L’an passé, le niveau des prix a progressé en moyenne de 1,2% pour les produits indigènes. Il a en revanche reculé de 4,7% pour les produits importés, une évolution influencée par l’effet de base induit par la chute des cours du pétrole (au premier semestre en particulier). A titre de comparaison, le taux d’inflation en glissement annuel était revenu à zéro en novembre, après huit mois dans le négatif. En juillet 2008, la Suisse enregistrait encore un coefficient de 3,1%, soit son plus haut niveau depuis près de quatorze ans.

En décembre, l’indice suisse des prix à la consommation a diminué à la faveur de la baisse dans le groupe habillement et chaussures, dont l’indice s’est contracté de 2,7% par rapport à novembre. Les soldes pratiquées tôt dans le mois expliquent le phénomène. Sur un an, le niveau des prix apparaît toutefois supérieur de 1%.

L’indice du groupe transports a également influencé l’évolution de l’inflation sur un mois, avec un recul de 0,8%. Ici, la baisse des prix des carburants est en cause, avec un litre d’essence moins cher de 2% et un litre de diesel moins onéreux de 2,9%. Le transport aérien a aussi vu ses tarifs diminuer.

Le prix des voitures a connu un développement divergent. Celui des véhicules neufs a augmenté, alors que celui des véhicules d’occasion baissaient.

Le groupe boissons alcoolisées et tabac a de même enregistré un indice en contraction de 0,4%. Les principales baisses, survenues à l’approche des fêtes de fin d’année, ont concerné le vin rouge et le vin mousseux. Les cigarettes ont par contre coûté davantage.

L’indice du groupe logement et énergie n’a pas échappé à la tendance, quoique dans une ampleur plus réduite. Il présente une baisse de 0,2%, marquée par le recul de 2,8% des prix du mazout, rapport l’OFS.

Enfin, le groupe santé a vu son indice diminuer de 0,1%, suite à la légère baisse du prix des médicaments. Les autres catégories de produits répertoriés par l’OFS ont en revanche influencé à la hausse l’indice de décembre.

A commencer par le groupe équipement ménager et entretien courant, dont l’indice a progressé de 0,3%. Ici, les prix ont augmenté pour les meubles de chambre à coucher et les articles d’équipement. A l’inverse, ils se sont contractés pour les grands appareils électroménagers.

Les loisirs et la culture sont pour leur part devenus plus onéreux de 0,3%. Les consommateurs ont ainsi dû débourser davantage pour acheter des livres, des téléviseurs, les jeux, les jouets et passe-temps. En revanche, les prix ont diminué pour les ordinateurs personnels.

Enfin, dans l’éducation et l’enseignement, il a fallu dépenser davantage aussi (+ 0,1%). A noter encore que l’indice du groupe alimentation et boissons non alcoolisées n’a pas bougé en décembre.