Encadré

Nanolive observe le monde du vivant

La start-up a développé une technologie permettant d’observer en temps réel une cellule vivante

Nanolive, spin-off en création de l’EPFL, présente à la «Seed Night», a développé une technologie permettant d’observer en temps réel la réaction physiologique d’une cellule vivante lorsque celle-ci est mise en contact avec une substance ou lorsqu’on lui fait subir des stimuli. «Aucun colorant n’est nécessaire. Nous n’intervenons pas sur la cellule», explique Yann Cotte, cofondateur de la société avec Fatih Toy. A l’état de prototype, le microscope holographique, d’une résolution allant jusqu’à 70 nanomètres, contient un faisceau laser en balayage angulaire qui permet de reconstruire la cellule en trois dimensions. «Il est possible d’observer de manière non invasive et en temps réel la façon dont un virus ou une bactérie attaque une cellule», explique Yann Cotte, qui espère convaincre les écoles secondaires, les sociétés pharmaceutiques, les laboratoires mais aussi les sociétés de cosmétiques. Soutenue par la bourse à l’innovation Innogrant et en collaboration avec le professeur Christian Depeursinge, de l’EPFL, Nanolive a reçu le BioInnovation Prize 2013. Elle prévoit de commercialiser ses microscopes dès la fin de l’année prochaine, pour un prix compris entre 4000 et 6000 francs.

Publicité