monnaie

Une initiative veut asseoir le monopole de la BNS

Une association lance la récolte de signature pour un texte qui veut empêcher toute création illimitée de monnaie par les banques, en instaurant le principe de la «monnaie pleine»

La Banque nationale (BNS) doit retrouver le monopole de la création d’argent, estime l’association Modernisation Monétaire (MoMo). Elle a lancé mardi une initiative populaire dite «Monnaie pleine». Le délai pour la déposer court jusqu’au 3 décembre 2015, peut-on lire mardi dans la «Feuille fédérale».

En lançant son texte intitulé «Pour une monnaie à l’abri des crises: émission monétaire uniquement par la Banque nationale!», l’association veut empêcher toute création illimitée de monnaie par les banques. Cette monnaie scripturale, qui existe seulement sous forme électronique, représente 90% de la masse monétaire en circulation, selon les initiants.

Dans leur argumentaire, ils expliquent: «La plupart des personnes ne sont absolument pas conscientes d’une des causes principales de la crise financière – la production autonome de monnaie électronique par les banques. L’initiative pour la monnaie pleine veut que seule la Banque Nationale fasse de la monnaie, comme c’est en principe prévu par la constitution fédérale. Il avait été interdit aux banques, depuis plus de cent ans, d’imprimer de la monnaie en papier. La même chose est maintenant nécessaire pour la monnaie scripturale.»

La monnaie produite par les banques serait remplacée par la «Monnaie pleine», au sens où elle est produite pour l’essentiel par l’institut d’émission national. La monnaie ainsi nouvellement créée serait mise en circulation par les dépenses publiques ou d’autres moyens servant les intérêts généraux du pays. L’initiative est soutenue par des professeurs d’économie des Universités de Saint-Gall et Berne notamment.

L’idée de la «Monnaie pleine», développée au cours de la Grande Dépression des années 30 par des économistes de renom aux Etats-Unis et soutenue par l’ancien président américain Franklin D. Roosevelt, a en tous les cas obtenu la caution du Fonds monétaire international (FMI). Selon les opposants, au contraire, le système serait hautement inflationniste.

Publicité