Innovation

Bienne accueille son premier Startup Weekend

Soutenue majoritairement par des entreprises privées, Innocampus, à proximité de la gare de la cité horlogère, veut faire sa place dans la scène des jeunes pousses en Suisse et intégrer si possible le Swiss Innovation Park. Un nouvel événement vient contribuer à réveiller les idées dans la cité

Un Startup Weekendpour réveiller Bienne

Innovation Innocampus veut faire sa place dans la scène des jeunes pousses en Suisse

Pour Sébastien Flury, blogueur et fondateur de la société Coteries, Bienne a pris du retard sur la scène start-up. «C’est le petit Berlin de la Suisse, avec beaucoup de culture et une formidable mixité, et pas seulement au niveau des langues. Mais maintenant, la ville doit développer son potentiel, qui passe notamment par l’innovation industrielle.»

Et comme l’innovation éclôt souvent dans les parcs technologiques dans ce pays, la région se repose désormais sur Innocampus, basé à Nidau, à proximité de la gare de Bienne. Celui-ci a démarré ses opérations il y a grosso modo une année. Sa mission? Offrir une plateforme aux jeunes sociétés de la région, aux équipes de recherche et aux entreprises plus établies, comme Etel. Le fabricant de moteurs de Môtiers (NE) y a ouvert l’année dernière déjà une antenne de recherche et développement.

Cinq nouvelles start-up

Côté start-up, cinq sont déjà actives sous cette bannière, comme Konduko, une société qui fournit une solution pour accompagner les exposants sur les foires et événements. «Cinq autres sont intéressées et la surface dédiée aux start-up va prochainement être agrandie», précise Felix Kunz, délégué du conseil d’administration et directeur général. Issue de la Haute Ecole spécialisée bernoise, la PME Bozzio, qui propose un système de direction électronique de véhicule pour les personnes fortement handicapées physiquement, devrait rejoindre ce site.

Cette structure est soutenue majoritairement par des partenaires privés (BKW et Ruag se sont récemment joints au pool d’actionnaires), mais également par le secteur public (à hauteur de 10%). Felix Kunz travaille actuellement dans l’ombre pour faire intégrer Innocampus dans le projet national Swiss Innovation Park. «C’est clair que c’est une marque et que cela permet de participer à des foires d’envergure, d’accroître sa visibilité», explique le dirigeant. Il se dit confiant, même s’il est en concurrence avec d’autres villes, comme Saint-Gall ou Davos. Si le projet rejoint le réseau helvétique, une dizaine de personnes pourrait travailler à Nidau à la fin de l’année.

Pour réveiller cette scène start-up, Sébastien Flury, qui tient le blog Startupolic.com, multiplie les conférences et événements. Sous son impulsion, du 20 au 22 mars, la ville horlogère accueillera ainsi son premier Start­up Weekend, chez Innocampus: «Toutes les personnes qui ont une idée doivent se joindre à nous. Nous attendons une petite cinquantaine de participants.» Qui tenteront, que ce soit en français, en allemand ou en anglais, de donner une vie concrète à leur projet dans un week-end marathon de 54 heures, aidés par des coaches. Felix Kunz fera notamment partie du jury final, qui désignera le projet le plus abouti et le plus prometteur au terme du week-end.

Publicité