Technologies

Le marketing s’invite dans la réalité virtuelle d’Oculus Rift

Les casques produits par Facebook ne séduisent plus seulement les adeptes de jeux vidéo. Plusieurs marques horlogères ont déjà investi dans des réalisations promotionnelles

L’univers virtuel d’Oculus Rift séduit le marketing

Technologie Les casques produitspar Facebookn’attirent plus seulement les adeptes de jeux vidéo

Plusieurs marques horlogères ont déjà investi dans des réalisations

Tout commence par un voyage dans l’espace. A une vitesse fulgurante. Soudain, quelque chose apparaît au loin, cela ressemble à un vaisseau spatial. Ou peut-être à un mouvement horloger. Différentes pièces se mettent en place autour de nous. Tout s’imbrique. En haut, en bas, devant, derrière: nous sommes à l’intérieur d’un mécanisme horloger. La démonstration est bluffante.

Cantonnée initialement aux adeptes des nouvelles technologies, la réalité virtuelle offerte par le casque Oculus Rift – société rachetée par Facebook l’an dernier – prend pied dans les stratégies marketing des marques. La démonstration évoquée plus haut a été proposée au stand de l’horloger Schwarz Etienne, à la foire de Bâle en mars 2015. A l’origine du projet se trouve VNV, une PME chaux-de-fonnière d’une quinzaine d’employés spécialisée dans le déve­loppement et les infrastructures informatiques.

«Nous sommes toujours à l’affût de ce genre de nouveautés», commente Mikaël Zennaro, patron – avec Fabien, son jumeau – de l’entreprise VNV. Les deux frères se sont très tôt offert un kit de développement de l’Oculus Rift (il n’est pour l’heure pas encore possible d’acheter l’appareil). «Une fois que l’on a compris comment cela fonctionnait, nous nous sommes demandé quels étaient les débouchés possibles dans la communication numérique», note Mikaël Zennaro.

Installée dans le berceau de l’horlogerie, la société n’a pas hésité à aller démarcher différentes entreprises de la région, rapidement séduites par le concept. Un autre film promotionnel – où l’on s’incarne dans une pièce usinée par différentes machines – a été réalisé pour l’entreprise de machines-outils BC Technologies. VNV prévoit encore d’autres projets d’ici à la fin de l’année, dans le secteur horloger mais aussi l’immobilier.

Le coût de l’un de ces films, d’une durée oscillant entre une et quatre minutes, s’établit entre 20 000 et 50 000 francs, selon Mikaël Zennaro. «Nous vendons aux entreprises un moyen de se démarquer des autres en amenant un produit encore assez peu connu. Et cela marche et fait parler de la marque.»

Un autre horloger, Roger Dubuis, l’a bien compris. Lors de la dernière édition du Salon International de Haute Horlogerie, la marque en mains du groupe Richemont avait déjà misé sur cet univers virtuel en proposant des voyages spatiaux grâce à l’Oculus Rift. «L’objectif était double: créer l’effet «Wow» pour les visiteurs, ce qui a déclenché un fort bouche à oreille durant le salon et renforcer le positionnement de Roger Dubuis comme une marque audacieuse et précurseur», commente une porte-parole. Points faibles de l’expérience: les coûts et le fait qu’encore peu de fournisseurs soient capables de développer de tels programmes. Roger Dubuis n’a pas souhaité indiquer avec quelle société elle avait travaillé sur ce projet.

Pour les observateurs, il est normal que les marques s’intéressent à cette nouvelle technologie d’immersion. En particulier celles qui sont actives dans le secteur du luxe. «Dans cette industrie, tout est basé sur le contrôle», commente David Sadigh. Images, lumières, sons, mouvements… « Ces environnements virtuels permettent de créer une réalité altérée ou sur mesure qui séduit les marques», estime le directeur de Digital Luxury Group. Toutefois, pour ce dernier , même si ce secteur s’annonce extrêmement prometteur en témoigne l’intérêt porté par les géants de la Silicon Valley pour ces casques de réalité virtuelle – «on n’en est qu’aux balbutiements. Cela prendra encore du temps pour se démocratiser.»

Les casques d’Oculus Rift devraient être commercialisés durant le premier semestre 2016.

«Ces environnements virtuels permettent de créer une réalitésur mesure qui séduit les marques»

Publicité