Urbanisme

Firmenich cède son site industriel de la Jonction pour 70 millions de francs

La Caisse de pension de l’État de Genève rachète les infrastructures du numéro deux mondial des arômes et des parfums, lequel va concentrer ses activités sur la commune de Meyrin-Satigny, où il compte investir 100 millions de francs

Patrick Firmenich l’avait laissé entendre en novembre dernier, lors de l’inauguration de son usine dernier cri à Meyrin. Ce mercredi, le canton a officialisé le rachat des terrains de la multinationale genevoise à la Jonction par la Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève (CPEG). Une vente emblématique pour les autorités, qui se chiffre à 70 millions de francs.

Lire aussi: A Genève, Firmenich se dote de l’usine de parfums la plus moderne au monde

Le numéro deux mondial des arômes et des parfums signe ainsi la première relocalisation hors du périmètre Praille-Acacias-Vernets (PAV), le projet urbanistique visant à «construire une nouvelle Genève» et représentant notamment le plus grand potentiel en logements du canton.

Nouveau hub de la chimie

En cédant son premier et principal centre mondial de recherche et de développement – le site industriel historique de la route des Jeunes date de 1898, regroupe 65% des effectifs scientifiques de la multinationale et concentre 85% de sa création de propriété intellectuelle –, la société familiale lance le plus important investissement de son histoire à Genève. Soit un programme devisé à 100 millions de francs, répartis sur trois ans, visant à développer ses infrastructures dorénavant concentrées sur la rive droite du Léman.

A ce développement consistant à transférer quelque 500 salariés de la société en périphérie de la Ville et y construire un nouveau bâtiment, s’ajoutent les quelque 60 millions déjà consentis pour agrandir et automatiser à 90% sa fabrique de parfumerie située sur le campus de Meyrin-Satigny. Pour rappel, cette dernière doit pouvoir assurer jusqu’à 35% de la production mondiale de Firmenich. La vision du géant de la chimie consiste désormais à ériger un écosystème où tous les métiers, lui ayant permis de générer sur son exercice décalé 2015-2016 un chiffre d’affaires étoffé de 6% à 3,2 milliards de francs, sont réunis sous un même toit.

La CPEG s’empare ainsi d’un terrain de 18 925 m2 et de ses infrastructures. Mais l’Etat garde la main. Il pourra en tout temps racheter la parcelle, s’il le souhaite.

D’une pierre, trois coups

La caisse de pension des fonctionnaires genevois, actuellement en difficulté financière et qui doit prendre des mesures urgentes d’assainissement, prévoit de construire à l’horizon 2022 un complexe administratif susceptible de rassembler environ 1000 employés publics. Les travaux, évalués à 80 millions de francs et qui impliquent notamment de réhabiliter la tour Firmenich de 15 étages, devraient à terme offrir à l’Etat entre 10% et 20% d’économies de loyers.

Le portefeuille immobilier de la CPEG, qui cumule 3,5 milliards de francs d’actifs, recense 10 000 logements et autres surfaces commerciales. L’institution dispose de 400 à 500 millions de liquidités mobilisables sur le champ. Ce qui lui a permis d’effectuer ce placement relativement rapidement, a contrario de l’Etat. La Caisse de pension des fonctionnaires genevois prévoit en outre d’injecter dans sa nouvelle propriété de la Jonction, 50 millions de francs supplémentaires pour réaliser de 150 à 300 logements.

Le canton, dont une partie de l’administration sera amenée à déménager à la Pointe Nord du PAV, peut quant à lui aller de l’avant dans le développement – sur un périmètre total de 230 hectares – de son «chantier urbanistique de tous les chantiers». Lequel prévoit, au terme de plusieurs décennies, la réalisation d’immeubles locatifs, de bureaux, l’aménagement d’un boulevard urbain et autres espaces publics, etc. Mais aussi un «sentier culturel», rebaptisé ce mercredi «fil culturel de l’Arve», assorti d’infrastructures sportives.

Publicité