Technologie

Comment un téléviseur peut vous espionner

Le fabricant de téléviseurs Vizio a reconnu avoir récolté des données sur les habitudes de ses clients. Swisscom utilise aussi certaines données depuis le 1er février – mais permet à ses clients de désactiver leur envoi

C’est une affaire d’espionnage d’une ampleur jamais vue qui vient de trouver son épilogue aux Etats-Unis. Durant des années, le fabricant américain de téléviseurs Vizio a enregistré tout ce que ses clients visionnaient, pour transmettre ensuite ces données à des régies publicitaires. Ce scandale vient de trouver son épilogue, Vizio ayant été condamné, dans la nuit de lundi à mardi, à payer une amende de 2,2 millions de dollars. L’affaire rencontre un écho particulier en ce début 2017, alors que l’essor de la télévision numérique offre potentiellement une mine d’information aux annonceurs.

Vizio a beau vendre ses téléviseurs haut de gamme uniquement aux Etats-Unis, l’affaire concerne tout de même 11 millions de téléviseurs mis sur le marché. Selon le «Los Angeles Times», la marque américaine détenait, en 2016, 20% du marché de la télévision aux Etats-Unis. Basé à Irvine, en Californie, le fabricant avait mis en place une stratégie industrielle pour espionner les habitudes de ses clients. Dès 2014, Vizio met sur le marché des téléviseurs intelligents capables de savoir, seconde après seconde, ce qui était affiché à l’écran, que ce soit des chaînes de télévision reçues via le câble, des vidéos achetées à la demande, des DVD ou du contenu acquis en streaming, selon la Federal Trade Commission (FTC), l’organisme de régulation des télécoms aux Etats-Unis.

Première aux Etats-Unis

Ainsi, chaque jour, le fabricant récoltait des millions de «points» sur les écrans des téléviseurs, qu’il lui suffisait de comparer avec des bases de données pour savoir ce que regardaient chaque jour ses millions de clients. Ensuite, ces données étaient fournies à des agences de publicité en y ajoutant des informations démographiques: sexe, âge, revenu, statut marital, taille du ménage, niveau d’éducation, etc. Couplées à des données IP – soit en quelque sorte l’adresse internet de la maison –, ces informations permettaient ensuite d’offrir des publicités ciblées à ces foyers, par exemple sur les ordinateurs ou les smartphones se trouvant dans le ménage.

Le reproche principal adressé au fabricant est de ne pas avoir averti ses clients de ses pratiques. Jusqu’à présent, les données sensibles telles que définies par la loi concernaient des éléments liés à la finance et à la santé. «Pour la première fois, la FTC déclare dans une plainte que l’activité individuelle télévisuelle est une information sensible», a affirmé la présidente par intérim de la FTC, Maureen K. Ohlhausen.

Les explications de Swisscom

Contrairement à la télévision analogique, la télévision numérique permet à son émetteur d’avoir un retour et de savoir ce que regarde en permanence le client. En Suisse, c’est ainsi potentiellement le cas pour UPC et pour Swisscom, par exemple. Ce dernier opérateur vient d’ailleurs de modifier ses conditions générales. Par défaut, dans les réglages de l’espace client, ce dernier accepte que ses données soient utilisées. Il est ainsi écrit: «Vos données sont à la disposition d’Admeira (la régie publicitaire créée par Swisscom, la SSR et Ringier, éditeur du Temps avec Axel Springer) pour une publicité encore plus ciblée dans les médias numériques.»

Auparavant, par défaut, l’envoi de ces données était désactivé. Ce n’est plus le cas depuis le 1er février. Mais cette situation, selon l’entreprise, ne pose aucun problème légal: «Swisscom se conforme à la loi actuelle sur la protection des données et les clients peuvent eux-mêmes déterminer l’usage des données qu’ils souhaitent autoriser», explique une porte-parole de Swisscom. L’opérateur précise dans l’espace client les données utilisées: «Il s’agit d’informations relatives à votre personne (classe d’âge, sexe, région de domicile) qui peuvent être couplées à d’autres informations concernant votre utilisation d’un site web ou de services en ligne de partenaires du réseau publicitaire. Nous utilisons pour cela votre adresse IP qui nous est fournie par les partenaires concernés.»

Note: voici comment désactiver l’envoi de données chez Swisscom, pour ceux que cela intéresse. Il faut se rendre dans l’espace client. Puis cliquer en haut à gauche sur «mes données». Puis sur «utilisation des données». Puis sur «Commercialisation publicitaire de tiers» en bas à droite et faire son choix.

Publicité