Technologie

L’entrée en bourse de Snapchat, un test majeur pour la Silicon Valley

L’entrée en bourse de l’éditeur de la messagerie pour smartphone se précise. Vaut-il réellement 20 milliards de dollars? Uber, Airbnb et Spotify suivront sa cotation de très près

Evan Spiegel est un homme sous pression. Le directeur de Snap, l’éditeur de la messagerie pour smartphone Snapchat, entame dès ce lundi une tournée des investisseurs. De Londres à San Francisco, en passant par New York et Boston, l’entrepreneur aura fort à faire pour les convaincre de la nécessité de participer à son opération financière. Snapchat doit entrer en bourse tout début mars. Mais tant sa valorisation que le système de contrôle de la société font déjà débat.

Lire aussi:  La maison mère de Snapchat en route vers Wall Street

Encore peu connu des adultes, prisé par les adolescents, Snapchat permet avant tout de s’envoyer photos et vidéo éphémères, s’auto-détruisant au bout de quelques secondes. Lors des préparatifs de son entrée en bourse, son éditeur pensait valoriser la société entre 20 et 25 milliards de dollars. Cette semaine, l’on apprenait que la fourchette avait été abaissée entre 19,5 et 22,3 milliards de dollars. Le prix de l’action doit être fixé le 1er mars prochain.

Chiffre d’affaires doublé

Snapchat, fondé en 2011, perd de l’argent – ce n’est pas une exception parmi les dernières sociétés high-tech visant Wall Street. Mais ses pertes augmentent: de 373 millions de dollars en 2015 à 515 millions l’année passée. Dans le même temps, le chiffre d’affaires a progressé de 589% entre les deux exercices, pour s’afficher à 405 millions de dollars en 2016. Snap vise une valorisation d’un multiple de 49 par rapport à son chiffre d’affaires. A titre de comparaison, le ratio n’est que de 27 pour Facebook. «Cela montre combine la croissance de Snap, après l’entrée en bourse, doit excéder celle de Facebook pour compenser son manque de profitabilité à court terme», expliquait un analyste à Wall Street. Selon la société de recherche eMarketer, le chiffre d’affaires 2017 de Snap pourrait atteindre 930 millions de dollars.

Lire aussi notre dossier:  Les messageries vont-elles révolutionner le commerce?

Snap tente d’augmenter son chiffre d’affaires via de nouvelles formes de publicité et des partenariats avec des entreprises. En parallèle, il lutte pour augmenter sensiblement sa base d’utilisateurs, qui se monte aujourd’hui à 158 millions d’internautes. En l’espace de trois mois, ce chiffre n’a progressé que de 5 millions d’unités, ce qui inquiète plusieurs analystes. D’autant que le succès des messages éphémères inspire ses concurrents, notamment Instagram (600 millions d’utilisateurs), propriété de Facebook, qui propose désormais des messages de ce type. 

Milliardaire à 26 ans

Uber, Airbnb ou Spotify, qui pourraient viser eux-aussi la bourse ces prochains mois, scruteront de près la réaction des investisseurs. Des investisseurs qui pourraient être refroidis par une innovation: les nouveaux actionnaires de Snap n’auront aucun droit de vote. Les deux fondateurs, Evan Spiegel (26 ans et aujourd’hui directeur) et Bobby Murphy (28 ans, directeur technologique) conserveront 70% des droits de vote alors même qu’ils ne détiendront plus que 45% du capital. Alphabet (Google) et Facebook ont récemment pris des mesures pour assurer à leurs fondateurs le contrôle de leurs sociétés. Mais jamais une société cotée aux Etats-Unis n’était entrée en bourse en ne donnant aucun droit aux nouveaux actionnaires.

Lire également:  Snapchat recrute un ingénieur vaudois

Publicité