Technologie

Amazon crée 15 000 emplois en Europe

Le numéro un mondial du e-commerce annonce la création de 5000 emplois en Grande-Bretagne et de 1500 postes en France. La multinationale, qui accroît aussi ses effectifs aux Etats-Unis, s’approche des 400 000 collaborateurs au niveau mondial

Quelle multinationale peut revendiquer un taux de croissance annuel de ses employés de près de 50%? Amazon. Le numéro un mondial d’e-commerce a augmenté ses effectifs de 48% en 2016, pour atteindre désormais 341 400 employés. Et ce n’est pas fini. Lundi, la société dirigée par Jeff Bezos a annoncé des recrutements supplémentaires en Europe. D’ici peu, la multinationale cherchera 5000 employés supplémentaires en Grande-Bretagne, 1500 de plus en France et 15 000 au total en Europe.

Ces emplois, Amazon ne va pas les créer uniquement dans ses centres de distribution. En Grande-Bretagne, 500 emplois seront créés dans ses centres de recherche et développement situés à Edimbourg, Cambridge et Londres. C’est là que la multinationale développe en partie son assistant numérique Alexa, ses drones de livraison et son service Prime vidéo. Des emplois seront créés dans le siège administratif londonien. Une grande part des postes seront répartis dans les centres de distribution – trois nouveaux seront créés, à Tilbury, Doncaster and Daventry. Au total, Amazon va augmenter de 26% cette année ses effectifs en Grande-Bretagne, pour y compter à la fin de l’année 24 000 collaborateurs.

Lire aussi: Amazon lance une offensive dans la logistique

Centre de données à Paris

En France, la croissance d’Amazon est du même ordre. La multinationale fera passer cette année ses effectifs de 4000 à 5500 personnes, en y recrutant selon le communiqué «des ingénieurs, diplômés d’écoles de commerce et jeunes diplômés», mais aussi des «personnes recherchant des postes non qualifiés et souhaitant se former sur le terrain». En 2016, ses effectifs avaient déjà crû de 1000 personnes dans l’Hexagone, portés notamment par le lancement de service de livraison express en région parisienne. Amazon doit aussi créer un nouveau centre de données informatiques – son activité à plus forte croissance – près de la capitale.

Lire aussi:  Amazon teste le supermarché du futur, sans caisse ni employé

Au niveau logistique, Amazon a non seulement vu ses besoins s’accroître en France via la vente de ses propres produits, mais aussi parce que de plus en plus d’entreprises utilisent ses sites pour y vendre leurs produits. Au niveau mondial, le groupe avait annoncé, pour 2016, un quadruplement de son bénéfice à 2,4 milliards de dollars, pour un chiffre d’affaires en hausse de 27% à 136 milliards de dollars.

L’ombre de Donald Trump

Amazon croît aussi aux Etats-Unis. Début février, il annonçait la création de 2000 emplois en Californie dans de nouveaux centres de distribution. Durant le seul deuxième semestre 2016, la société a créé 23 de ces centres sur sol américain. Ces 2000 emplois font partie des 100 000 postes que Jeff Bezos avait annoncés, fin 2016, pour mi-2018. Donald Trump s’était vanté d’avoir eu une influence sur la multinationale. Mais en réalité, comme l’ont souligné des analystes, la croissance naturelle d’Amazon aurait de toute façon amené à la création de ces emplois sur territoire américain.

En Suisse, Amazon a créé, en 2016 dans la région zurichoise, une société pour son entité Web Services, dédiées à l’informatique en nuage. Le nombre d’employés y travaillant n’est pas connu.

Publicité