Internet

Le nombre de sites piratés augmente de 32% en 2016

Remarquant une constante évolution des méthodes de piratage, Google estime que 61% des sites ne sont pas vérifiés, ni signalés par son moteur de recherche

Le nombre de sites piratés a augmenté de 32% en 2016 et cette tendance n'est pas prête de ralentir, a mis en garde lundi le géant de l'internet Google.

«Nous ne nous attendons pas à un ralentissement. Comme les pirates informatiques deviennent plus agressifs et que de plus en plus de sites deviennent obsolètes, les pirates continueront à capitaliser en infectant davantage de sites», a déclaré Google sur son blog.

Lire aussi: La cyberattaque de vendredi révèle la faiblesse de l'Internet des objets

Google, qui insère des avertissements de sécurité lorsqu'il détecte des sites piratés, a déclaré que la plupart des personnes averties pouvaient nettoyer leurs pages. Le géant d'internet a néanmoins précisé que 61% des sites ne pouvaient pas faire l'objet d'un avertissement car ils n'étaient pas vérifiés par son moteur de recherche.

«Comme toujours, il est préférable d'adopter une approche préventive et de sécuriser votre site plutôt que de traiter les conséquences», soutient Google. «Rappelez-vous qu'une chaîne est aussi forte que son maillon le plus faible».

Une préoccupation croissante des gouvernements

Google a expliqué que des pirates utilisaient parfois des procédures similaires: ils insèrent du «charabia» sur une page, ou bien créent des caractères japonais qui sont reliés en fait à des sites de marchandises contrefaites.

«Le comportement des pirates est en constante évolution. La recherche nous permet de rester à jour et de combattre les dernières tendances», a déclaré Google.

Le piratage informatique devient une préoccupation croissante des gouvernements. La semaine dernière le gouvernement américain a accusé mercredi les services russes de renseignement d'être responsables d'une cyberattaque massive contre le groupe internet Yahoo, inculpant deux agents russes du FSB et deux pirates informatiques.

Lire aussi:  Moscou dément toute implication dans le piratage de Yahoo!

Publicité