Les sociétés biotechnologiques helvétiques ont atteint l’an dernier de nouveaux sommets en matière de levées de fonds, emmenées par le spécialiste de l’édition génétique Crispr Therapeutics – enregistré à Zoug – et ses 940 millions de francs, devant le laboratoire rhénan Idorsia et ses 866 millions. L’introduction sur le Nasdaq du lausannois ADC Therapeutics a généré 470 millions, souligne mardi le rapport annuel du segment compilé par le cabinet EY.

Lire aussi: Levées de fonds en Suisse: les biotechs en verve

Parmi les sociétés non cotées, se sont illustrées notamment la bâloise Vactivbio avec 135 millions, la genevoise Sophia Genetics avec 100 millions ou encore la jeune pousse rhénane Noema Pharma avec 54 millions. Le segment dans son ensemble a ainsi engrangé 3,44 milliards.

Lire aussi: Sophia Genetics réalise la plus grosse levée de fonds de l’année en Suisse

Mesurée à l’aune des brevets, la compétitivité de la Suisse en matière d’innovation est demeurée en pointe pour une dixième année consécutive. Nonobstant la diversion imposée par la lutte contre la pandémie de Covid-19, les laboratoires ont continué à accroître leurs investissements dans la recherche et le développement, de 10% à 2,2 milliards.

La crise sanitaire aura permis de mettre en évidence tant l’importance de la place académique helvétique suisse dans la recherche fondamentale que celle des développeurs privés de solutions de diagnostics, à l’image de Roche, mais aussi de Quotient, Mosaiq ou encore Biolytix, égraine le rapport.

Vaccins et traitements expérimentaux 

Du côté des vaccins, les sous-traitants Lonza et Bachem, ou encore Janssen Cilag ont occupé le devant de la scène. Les partenariats entre Molecular Partners et Novartis ou encore Humabs Biomed et Vir Boitechnologies se sont illustrés dans le domaine des traitements expérimentaux.

Lire également: Les petites mains d’or de l’industrie pharmaceutique

Les recettes totales du segment ont pâti d’une base de comparaison marquée par des produits de collaborations exceptionnels, se tassant à 4,5 millions contre encore 4,8 milliards un an plus tôt. Les recettes des produits commercialisés ont néanmoins poursuivi leur essor.

Sur le front des rapprochements et collaborations, le nippon Sumitomo Dainippon Pharma a notamment injecté 3,0 miliards de dollars dans son alliance avec l’incubateur rhénan Roivant Sciences pour fonder Sumitovant Biopharma.