Le monde de l'acier est en fusion. Le numéro un mondial, Mittal Steel, veut acheter le numérodeux, Arcelor. L'offre est de 18,6 milliards d'euros (28,8 milliards de francs). Cela créerait un véritable géant, produisant 10% de l'acier mondial, avec 320000employés et un chiffre d'affaires de 69 milliards de dollars.

«Il s'agit de continuer la restructuration du secteur, afin d'assurer sa durabilité», explique Lakshmi Mittal, le patron du groupe, un homme d'origine indienne, qui vit à Londres et dont l'entreprise a son siège aux Pays-Bas. «Les dix dernières années ont vu un mouvement majeur de consolidation. Mittal Steel et Arcelor ont été à la pointe de cette consolidation [ndlr: 20 acquisitions en cinq ans pour le britannique] et partagent une vision similaire concernant le futur de notre industrie. Ce rapprochement accélère ce processus.»

Pour Lakshmi Mittal, la fusion entre les deux groupes est une évidence stratégique. «Les activités nord-américaines de Mittal Steel sont complétées par la position de force d'Arcelor en Europe occidentale.» Aucune des 61 usines du groupe ne devrait fermer si l'acquisition a lieu. Mittal Steel prévoit des synergies d'un milliard de dollars à partir de la troisième année.

Mais Arcelor ne semble pas prêt à se laisser faire. Dans un court communiqué, l'entreprise souligne que l'offre est jugée «hostile», «sans consultation préalable». Lakshmi Mittal affirme de son côté qu'une brève conversation téléphonique a eu lieu entre les deux entreprises le 14 janvier, mais que la réponse d'Arcelor n'a pas été positive. Cependant, il tend la main au sidérurgiste français: «Il ne s'agit pas d'une acquisition, mais d'une fusion d'égal à égal.» Il souligne également qu'il essayera de conserver au maximum les dirigeants du groupe français.

Prime de 27%

L'offre de Mittal Steel est de 28,21 euros par action Arcelor, soit une prime de 27% par rapport au cours de clôture de jeudi, qui est déjà au plus haut de son histoire. Les actionnaires du groupe français recevraient 0,8 action Mittal Steel et 7,05 euros en cash par action Arcelor. Le cours de l'action Arcelor a bondi hier de 28%, clôturant presque au niveau de l'offre, à 28,54 euros. Lakshmi Mittal n'a pas exclu d'augmenter son offre.

L'offre de Mittal Steel pourrait marquer la revanche de l'allemand ThyssenKrupp. Ce dernier a perdu la bataille face à Arcelor pour acquérir Dofasco, un sidérurgiste nord-américain. Mais Mittal Steel, qui est déjà très présent dans la région, ne veut pas de ce nouveau venu, qui serait redondant avec ses activités. Il a donc signé un accord pour revendre Dofasco à ThyssenKrupp pour 68dollars canadiens (75 francs suisses), un prix inférieur à ce que l'allemand était prêt à mettre.

Désormais, la balle est dans le camp d'Arcelor. Le groupe français annonce une réunion imminente du conseil d'administration. S'il refuse de recommander l'offre, ce sera sans doute le début d'un long bras de fer.