Plus de 45 milliards de dollars d’allocations chômage auraient été détournés aux Etats-Unis pendant la pandémie de Covid-19, lorsque ces aides avaient été élargies face aux licenciements massifs, selon le ministère du travail. Ce sont 30 milliards de dollars de plus que l’estimation précédente, publiée en juin.

Plus de 1 000 personnes ont, à ce jour, été inculpées pour leur implication dans ces fraudes, précise le rapport publié jeudi par l’inspecteur général du ministère américain au travail.

Lire aussi: Face à la pénurie, des retraités convoités par les employeurs

Ces données chiffrées «soulignent l’ampleur de ce problème», a déclaré l’inspecteur général, Larry Turner, dans un communiqué. Il évoque «des niveaux historiques de fraude et d’autres paiements abusifs».

La pandémie de Covid-19 avait frappé l’économie américaine en mars 2020, et, en deux mois, plus de 20 millions d’emplois avaient été détruits. Le gouvernement fédéral avait alors ouvert les vannes des allocations chômage, augmentant les montants et la durée de versement et élargissant le spectre des bénéficiaires.

Demandes dans plusieurs Etats

«En cinq mois, plus de 57 millions de personnes se sont inscrites au chômage», a précisé le bureau de l’inspecteur général.

Cet afflux de demandes a cependant créé une brèche pour les fraudeurs, alors que les Etats, chargés de verser les allocations chômage, peinaient à faire face à «l’augmentation substantielle du volume des demandes d’assurance chômage et à déterminer que les prestations étaient versées à la bonne personne et au bon montant», est-il précisé.

Lire aussi: L'OMS recommande de ne plus utiliser deux traitements anti-Covid par anticorps

Les fraudeurs ont notamment détourné ces fonds en demandant des allocations dans plusieurs Etats, ou en usurpant les identités de personnes décédées ou de prisonniers. Les services du ministère n’ont «pas pris suffisamment de mesures pour mettre en oeuvre» les recommandations émises dans diverses mises en garde, selon le rapport.

Les responsables de l’époque ont reconnu que certains programmes pouvaient présenter des risques, mais ont insisté sur la nécessité de verser rapidement l’aide. Les images d’hommes et de femmes, patientant pendant des heures dans leur voiture pour pouvoir s’inscrire, avaient marqué les esprits.