50 milliards de pertes pour la BNS

Franc Dividende compromis

Nouveau record. La Banque nationale suisse (BNS) a enregistré une perte de 50,1 milliards de francs au premier trimestre 2015. L’appréciation du franc par rapport à l’euro suite à l’abandon du taux plancher a entraîné des pertes sur l’ensemble des monnaies de placement, a révélé l’institution dans un communiqué vendredi. A cela s’ajoute une perte sur l’or de 3,2 milliards.

Ces résultats, attendus, ont conduit le franc à s’affaiblir, atteignant 1,06XX pour un euro en fin de semaine. Pour Laurent Bakhtieri, analyste chez IG Bank, «c’est une perte élevée mais qui reste logique. Le franc reste une valeur refuge.»

«Reins assez solides»

Pour l’expert, les cantons et la Confédération doivent en tous les cas déjà se préparer à dire adieu à leur part des bénéfices de la BNS. Ils ne se font d’ailleurs pas d’illusions. «Depuis l’abandon du taux plancher par la BNS, en janvier, c’est une réalité à laquelle nous nous étions préparés. Nous ne nous attendions pas à un versement pour l’exercice 2015 et il faudra anticiper aussi une amputation des dividendes pour 2016 et 2017», assure le ministre jurassien Charles Juillard, membre du comité de la Conférence des directeurs cantonaux des finances. Le montant versé aux administrations publiques est fixé à 1 milliard pour autant que les réserves pour distribution future ne soient pas dans le rouge. Celles-ci se montent à 27,5 milliards.

La BNS ne dispose plus que de 34 milliards de fonds propres. Mais, «contrairement aux entreprises, la BNS peut toujours faire tourner la planche à billets pour augmenter ses réserves», explique Laurent Bakhtieri. Il estime que des fonds propres négatifs pourraient créer quelques vagues dans l’immédiat mais qu’il n’y a pas d’inquiétude à avoir sur le long terme: «L’institution a les reins assez solides», assure-t-il.