Technologie

5G: la France risque d’être en retard par rapport à la Suisse

Les licences de téléphonie mobile seront attribuées dès 2020 dans l’Hexagone. La Suisse les vendra début 2019

La Suisse devrait lancer ses services 5G commerciaux plusieurs mois, voire plusieurs années, avant la France. Lundi, le gouvernement français présentait à Paris sa «feuille de route» pour la 5G dans l’Hexagone. Et sur plusieurs points, la Suisse sera en avance par rapport à son voisin.

Pour rappel, la future norme de téléphonie mobile 5G permettra des débits sensiblement plus rapides pour accéder à Internet, mais aussi des temps de latence réduits – ce qui favorisera l’essor des véhicules autonomes et des objets connectés.

Approches différentes

La France devrait attribuer les premières fréquences 5G dès 2020, a annoncé lundi le secrétaire d’Etat chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, accompagné de la secrétaire d’Etat rattachée au ministre de l’Economie, Delphine Gény-Stephann, et du président de l’autorité de régulation des télécoms Arcep, Sébastien Soriano. En Suisse, ces mêmes fréquences seront vendues aux enchères en janvier 2019, avait annoncé le 6 juillet la Commission de la communication (ComCom).

Lire aussi: Les opérateurs en conflit autour de la 5G

Autre différence: en Suisse, ce sera à Swisscom, Salt et Sunrise de déployer la 5G, et ensuite à l’industrie de trouver des applications. En France, le gouvernement a demandé lundi que les opérateurs et les industriels lui proposent des expériences d’utilisation, ce qui pourrait ralentir la mise en service de la 5G. Des entreprises hors du monde des télécoms pourraient s’intéresser à des licences en France, alors qu’en Suisse, il semble assuré que Swisscom, Sunrise et Salt seront les seuls à acheter des licences. A noter que, dans les deux pays, les opérateurs ont déjà mené des tests locaux sur la 5G.

Une ville en 2020

Le déploiement dans le territoire sera également différent entre les deux pays. En France, le gouvernement s’est fixé pour but le déploiement commercial de la 5G dans une première ville en 2020. Il ne précise ni le nom de cette ville, ni son pourcentage de couverture par ce réseau. Et d’ici à 2025, les axes principaux de circulation de l’Hexagone devront aussi être couverts par la 5G.

En Suisse, l’inverse pourrait se produire. En effet, à cause des valeurs limites fixées par l’ordonnance sur les rayonnements non ionisants (ORNI) – dix fois plus strictes que dans l’Union européenne –, les opérateurs pourraient lancer la 5G d’abord hors des centres urbains. En effet, les valeurs limites sont aujourd’hui déjà quasiment atteintes dans les villes, via les réseaux 3G et 4G.

Lire aussi: Le virage numérique suisse est menacé

Mais si la Suisse devait assouplir l’ORNI ces prochains mois, elle pourrait prendre encore davantage d’avance sur la France. Les opérateurs attendent beaucoup de la conseillère fédérale Doris Leuthard, chargée du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication: elle peut modifier l’ORNI sans passer par le parlement.

Publicité