C’est une communication qui était passée quasiment inaperçue. Le 22 avril, le Conseil fédéral présentait son plan d’action pour la 5G. Mais les mesures annoncées suscitent l’incompréhension des opérateurs de téléphonie mobile. Jeudi, à l’occasion de la présentation des résultats trimestriels, le directeur de Swisscom, Urs Schaeppi, a regretté la passivité des autorités. Pour Sunrise, «le Conseil fédéral met en danger la numérisation de la Suisse».

Mercredi dernier, le gouvernement annonçait plusieurs mesures concernant la 5G, accusée selon ses détracteurs d’avoir une influence néfaste sur la santé. Sans surprise, et malgré la demande pressante des opérateurs, le Conseil fédéral décidait de ne pas modifier les valeurs limites visant à protéger la population du rayonnement non ionisant: la Suisse conserve ainsi des valeurs limites dix fois plus strictes qu’à l’international. Le gouvernement décidait aussi de mandater le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) pour rédiger un rapport pour le traitement des nouvelles antennes adaptatives.