C’est un petit communiqué de quelques lignes, truffé d’acronymes et sobrement intitulé «Antennes de téléphonie mobile 5G: lancement de projets pilotes». D’apparence anodine, cette publication du canton de Vaud est sans doute une étape majeure dans la bataille autour de la 5G en Suisse. Jeudi, l’un des cantons les plus opposés à cette technologie a ouvert la porte à la fin du moratoire. Et Genève, opposé plus fermement encore à la 5G, pourrait imiter son voisin. La fin des blocus, qui freinent Swisscom, Sunrise et Salt depuis des mois, se dessine.

Issue de plusieurs mois de négociations avec les opérateurs, la décision vaudoise vise à mesurer le rayonnement d’antennes 5G dans neuf sites du canton (Onnens, Villeneuve, La Chaux, Yverdon-les-Bains, Eysins, Jouxtens-Mézery, Penthalaz, Lonay et Lausanne). Le but sera de s’assurer que les valeurs limites fixées dans l’ordonnance fédérale sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI) soient respectées. Le canton veut ensuite créer un groupe de travail avec l’Office fédéral de la communication (Ofcom) et l’Office fédéral de l’environnement (OFEV). Un bilan sera établi en mars 2021.