Alors que ses affaires se sont stabilisées au 4e trimestre 2009, ABB affiche une rentabilité en forte hausse. Entre octobre et décembre, le groupe électrotechnique zurichois a plus que doublé (+154%) son bénéfice net à 540 millions de dollars (582,45 millions de francs).

A l’ouverture de la bourse suisse, l’action gagnait 4,25%, alors que l’indice SMI des principales valeurs suisses gagnait 0,26%.

Le résultat d’exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) a pour sa part bondi de 74% au regard de 2008 à 798 millions de dollars, a précisé jeudi ABB en préambule à la présentation de ses résultats annuels. Ce montant comprend des charges de restructuration à hauteur de 350 millions de dollars.

L’EBIT du 4e trimestre 2008 avait lui aussi été affecté par des coûts de restructuration ainsi qu’une provision de près de 870 millions de dollars liée à des investigations concernant divers paiements suspects aux Etats-Unis et au Moyen-Orient. Corrigée des effets exceptionnels, la marge EBIT s’est repliée en l’espace d’un an de 1,5 point à 13,2%, en raison de prix en baisse et d’une utilisation réduite des capacités.

Le chiffre d’affaires trimestriel s’est de son côté contracté de 4% à 8,76 milliards de dollars. Exprimé en devises locales, le tassement atteint 12%. La diminution illustre les tassements du carnet de commandes observées au cours des trimestres précédents en raison de la récession.

Il n’en reste pas moins que la situation s’est stabilisée en fin d’année du côté des entrées de commandes, ces dernières augmentant au 4e trimestre de 4% à 7,45 milliards de dollars. Elles ont toutefois diminué de 5% en devises locales.

Les investissements des clients dans les équipements et systèmes d’approvisionnement en énergie n’ont pas permis de compenser entièrement la baisse de la demande enregistrée sur la plupart des marchés industriels. Les entrées de commandes ont été soutenues par l’envol de 79% (61% en devises locales) à 1,4 milliard de dollars des ordres supérieurs à 15 millions de dollars.

Représentant 81% du total, les contrats d’un montant inférieur à 15 millions de dollars ont quant à eux fléchi de 5% (-15%). Il n’en reste pas moins que la situation s’est nettement améliorée au regard de chutes supérieures à 20% affichées lors des deux trimestres précédents. En comparaison trimestrielle, ces commandes de base ont crû de 5% (+2%).

Par rapport au 3e trimestre, les ordres en provenance d’Asie, d’Afrique et du Moyen-Orient se sont étoffés (en devises locales), les pays émergents continuant d’investir dans le domaine de l’approvisionnement en électricité. La demande pour des produits industriels a aussi augmenté dans ces deux régions, alors qu’elle est demeurée faible en Europe et Amérique.

A fin 2009, le carnet de commandes s’est fixé à 24,8 milliards de dollars, 4% de plus qu’un an auparavant. Exprimé en monnaies locales, il s’est réduit de 1%.

Evoquant l’exercice en cours, ABB se veut prudemment optimiste, les perspectives sur les marchés restant incertaines, malgré le phénomène de stabilisation observé au 4e trimestre. Le groupe a par ailleurs relevé son objectif d’économies à 3 milliards de dollars au regard de 2008 d’ici la fin de l’année, contre 2 milliards précédemment.